“ Les Houillères de Blanzy ”

Il s'agit d'un dossier photos sur les Houillères du Bassin du Centre et du Midi. Cette partie est consacrée sur les Houillères de Blanzy qui regroupent en fait trois bassins de Bourgogne :

  1. Le Bassin Houiller de Blanzy (Blanzy/Montceau les Mines)
  2. Le Bassin Houiller d'Epinac (Epinac)
  3. Le Bassin Houiller de Decize-la Machine (Decize-La Machine)

Compléments de visite

Reportage sur le lavoir des Chavannes

Bassin de Blanzy

Voici une liste des puits foncés dans le bassin de Blanzy :

Concession de Blanzy :

  • Puits Abraham
  • Puits de Blanzy (1/2/3/4/5/8) N°1 ou puits de la Molette - N°2 ou puits de la Pompe à feu
  • Puits (N°3b/6/7)
  • Puits Boulay (1/2/3)
  • Puits du Cerisier
  • Puits du Champ Marceau
  • Puits de la Chassagne
  • Puits aux Curtils
  • Puits Desbrosses
  • Puits de l'Etang Denis
  • Puits Gagère
  • Puits Giroux
  • Puits Harmet
  • Puits Henri
  • Puits Joursanvault
  • Puits Lambert
  • Puits Laveau
  • Puits Montaumet
  • Puits de l'Ouche (1/2)
  • Puits Saint Claude (1/2)
  • Puits de la Tire
  • Puits des Toits
  • Puits du Vieux Champ Marceau

Concession des Crépins :

  • Puits de l'Affleurement
  • Puits Brard
  • Puits Bureau (1/2)
  • Puits des Crépins (1/2)
  • Puits de Florette
  • Puits du Four d'Appel
  • Puits Lambert (1/2)
  • Puits de la Machine "Petit Puits"
  • Puits Manès
  • Puits Rateau (1/2)
  • Puits Sainte Elizabeth

Concession de Montceau :

  • Puits des Alouettes
  • Puits Barrat 1(/2)
  • Puits du Bois du Verne (1/2)
  • Puits de la Centrale
  • Puits Darcy (1/2)
  • Puits Jules Chagot
  • Puits Lucy (3/4)
  • Puits de Magny (1/2)
  • Puits Maugrand (1/2)
  • Puits de la Pelouse
  • Puits Plichon
  • Puits Ravez ou Puits Sainte Marie (1/2)
  • Puits Rozelay (1/2)
  • Puits Saint François
  • Puits Saint Louis
  • Puits Saint Pierre
  • Puits Sainte Barbe
  • Puits Sainte Elisabeth (1/2/3)
  • Puits Sainte Eugenie (Anciennement Puits Cinq Sous)
  • Puits Sainte Hélène
  • Puits Sainte Marguerite
  • Puits Vieille Pompe

Concession de Perrecy-les-Forges :

  • Puits du Bois Simon
  • Puits Bonnin Bonnot
  • Puits Champ Callier
  • Puits du Creusot
  • Puits de l'Eperon
  • Puits de l'Etang
  • Puits de la Nativité
  • Puits de Romagne

Concession des Porrots :

  • Puits l'Ecole
  • Puits quatre nations
  • Puits des Porrots (1/2/3/4)
  • Puits Ponsard
  • Puits Ramus
  • Puits Révolution
  • Puits Pré au Roi
  • Puits Rozelay 1(/2)
  • Puits Terre des Brosses

Concession de Ragny :

  • Puits Bertrand (1/2)
  • Puits du Bois
  • Puits du Bois Bouché
  • Puits du Centre (1/2/3/4/5/6/7)
  • Puits du Champs de l'eau
  • Puits de la Descenderie
  • Puits du Gratoux (1/2/3/4/5/6/7/8)
  • Puits de Monay (1/2/3/4/5/6/7/8/9)
  • Puits du Ragny (1/2/3)
  • Puits de la Rue
  • Puits Sainte Barbe
  • Puits Sergant
  • Puits Trémeaux (1/2)
  • Puits de la Trinité
  • Puits Valentin

Concession de Theurée-Maillot :

  • Puits des Baudras
  • Puits du Charme
  • Puits de l'Essertot
  • Puits Jumeaux
  • Puits de Laugerette
  • Puits Louvots
  • Puits Michel
  • Grand Puits de Montmaillot
  • Puits Pansemont (Ecrit aussi Pancemont)
  • Puits Saint Amedee
  • Puits Saint Paul

Puits Saint Claude

Année : 1857-1882

La Compagnie des mines de Blanzy, fonça deux puits pour la mine Saint Claude, le puits N°2 fut abandonné dés 1871 et seul le premier continua d'extraire jusqu'en 1882.

Dans la région de Blanzy c'est le seul chevalement restant. Une association bénévole "La Mine et les Hommes" a remonté ce chevalement en 1981, qui fût construit à l'origine en 1916 par les Ets Fournier-Mouillon pour servir à la bure du Pré-Long (Montceau-les-Mines). Il est haut de 20 mètres et descend encore à -35m (originalement le puits N°1 descendait à -502m). Sources : Ministère de la Culture.

Aujourd'hui ce site est devenu un musée. Vous découvrirez les bâtiments du jour avec la lampisterie, la salle des pendus, puis la recette (reconstruite en 1999), le chevalement, la machine d'extraction (ancienne machine à vapeur datant de 1877) ainsi qu'une ancienne galerie de mine reconstituée avec ses outils et techniques d'exploitations.

Puits Saint Claude Puits Saint Claude Puits Saint Claude Puits Saint Claude
Puits Saint Claude
Puits Saint Claude Puits Saint Claude Puits Saint Claude Puits Saint Claude Puits Saint Claude Puits Saint Claude Recette encagement
Puits Saint Claude

Notes Il ne s'agit pas du chevalement d'époque, ni la machine d'extraction, ils ont été sauvegardés à partir d'autres sites pour former le musée de Blanzy.

Puits Saint Claude Culbuteur Puits Saint Claude
Puits Saint Claude
Loco 12 Loco 12 Loco 12
Loco 12

Notes Ce premier bâtiment (cf :première photo) est une reconstitution d'une lampisterie, le bâtiment de droite abrite un treuil pour le trainage des berlines vers le culbuteur. Le charbon se déversait dans des grands wagons tomberaux, en dessous, avant de partir vers le lavoir des Chavannes.

Ce sont ces locos, qui amenaient les tombereaux au lavoir des Chavannes.

Bâtiment d'extraction Passage de câbles
Bâtiment d'extraction

Notes Remarquez les "portes" coulissantes au niveau des passages de câbles.

Machine d'extraction Machine d'extraction Machine d'extraction Machine d'extraction Tachygraphe Ampèremètre / Voltmètre
Machine d'extraction
Réservoir Pompe
Moteur à vapeur

Notes Il s'agit d'une machine à vapeur entrainant un double tambour à câble rond muni d'un système à chevrons au centre. La machine est issu des ateliers Gustave Pinette à Châlon sur Saône.

Tout est encore fonctionnel, en témoigne ce moteur à vapeur qui actionne le système de pompage.

Galeries Galeries Convoyeur Galeries
Galeries - Reconstitution

Puits de Laugerette

Année : 1908-1966 (14 Mai 1966)

Compagnie : Société Anonyme des Mines de Houille de Blanzy

Le puits de Laugerette fût foncé à partir de 1908, le bâtiment de la machine d'extraction et de la salle des machines sont construits en 1913, date du début d'extraction, on retrouve cette date également sur le fronton d'un des bâtiments. Cet ensemble de bâtiments sont les derniers témoins de cette mine, tout a été détruit à sa fermeture.

Puits de Laugerette Puits de Laugerette Puits de Laugerette Puits de Laugerette
Puits de Laugerette

Autres vestiges

  • Puits Bertrand : Deux puits furent fonçés entre 1833 et 1837 par la Compagnie des Mines de Houille du Ragny et des Perrins. Elle fût cédée à la Compagnie des Mines de Blanzy en 1852 alors que l'extraction était déjà arrêtée depuis un an. A partir de 1875-1876 le bâtiment de la machine d'extraction fût transformé en logement. Sources : Ministère de la Culture. Ce bâtiment existe toujours et sert encore de logement.
  • Puits des Crepins : Le bâtiment d'extraction existe toujours et sert de logement.
  • Puits de la Chassagne : Le bâtiment d'extraction existe toujours et sert de logement.

Bassin d'Epinac

Voici une liste (exhaustive) des puits foncés dans le bassin d'Epinac (Selon plusieurs textes, jusqu'à 70 puits ont été foncés entre 1829 et 1863) Sont recensés ici seulement les puits pour l'extraction du charbon.

Epinac :

  • Puits Champs-Pialey
  • Puits du Chateau
  • Puits du Curier
  • Puits Fontaine Bonnard
  • Puits de la Garenne
  • Puits Haggermann
  • Puits Hottinguer
  • Puits Lestiboudois (Ecrit aussi Lestibaudois, Lertibaudois Tiboudois)
  • Puits de l'Ouche
  • Puits Sainte Barbe
  • Puits Saint Charles
  • Puits les Thibaudais

Sully, La Forgé, Saint Léger :

  • Puits des Barbottes
  • Puits du Bois
  • Puits Caulet
  • Puits Daquin
  • Puits de la Forge
  • Puits des Fourneaux
  • Puits Francois Mathieu
  • Puits Mallet
  • Puits de Marvelay
  • Puits du Pré
  • Mine de Veuvrotte

Aubigny-la-Ronce :

  • Puits de Roncevaux
  • Puits de Chaton

Puits Hottinguer

Année : 1863 (26 mai 1863) - 1936

Compagnie : Société des Houillères et Chemins de fer d'Epinac

Le puits Hottinguer est une tour dite "Malakoff" tout en brique, qui utilise un procédé d'extraction unique en son genre, grâce à un système atmosphérique, la cage-piston se déplace par aspiration ou dépression crée par le vide d'air, afin de pouvoir monter ou descendre, dans le puits. Il n'y avait donc pas de câbles, (ils n'étaient pas assez résistant de toute façon, ni assez longs pour cette profondeur), la hauteur de la tour s'explique d'ailleurs, par l'importance de ce système. Le puits atteint les -618m, un record en France à cette époque, mais on a exploité à -518m.

Ce système est inventé et développé par le directeur des Houillères d'Epinac, Zulma Blanchet. Malheureusement le gisement se révélera en-deçà des espérances, n'étant pas adapté, ce système sera arrêté en 1887 après la mort de Blanchet. Puis c'est une machine d'extraction plus classique qui prendra le relais.

En 1910 une centrale électrique est adjointe au bâtiment, elle cessa en 1943.

La tour est très facilement identifiable à l'entrée d'Epinac, l'architecture est remarquable "C'est un corps central en forme de tour carrée dont les 4 faces sont percées de baies à arcs en plein cintre sur 3 niveaux... 2 ailes flanquent cette tour de chaque côté" (M. Delmas)

Le puits ayant fermé en 1936 il fût ré-ouvert en 1940 jusqu'en 1944. L'entreprise Bitulac s'y installe en 1948 jusqu'en 1998, c'est une société de fabrication de peinture et vernis.

La commune a finalement racheté le site pour un euro symbolique, des travaux de réhabilitations sont prévus très bientôt, afin de sauvegarder cet ancien ensemble minier.

Gare Gare Gare
Gare
Château d'eau Château d'eau
Château d'eau
Cheminée
Cheminée

Notes En 1905 Epinac, prends l'appellation Epinac-les-Mines à la suite de l'expansion des mines dans la ville (On en a recensé 70).

Puits Hottinguer Puits Hottinguer Puits Hottinguer
Puits Hottinguer
Puits Hottinguer Puits Hottinguer Puits Hottinguer Puits Hottinguer Puits Hottinguer Puits Hottinguer Puits Hottinguer
Puits Hottinguer
Centrale Transformateur Centrale
Centrale
Laboratoire Laboratoire Laboratoire Atelier
Laboratoire

Notes La centrale est la partie qui est venue se greffer plus tard.

Château d'eau Allée Monte-charge Oeil de boeuf Tour
Intérieur

Notes Le bâtiment du puits est une tour malakoff, qui représente l'élément minier central. Deux bâtiments sont accolés directement à la tour à chaque flanc, formant les ailes (Cf : première photo) de la tour. Les deux bâtiments plutôt longs que larges sont percés de grandes fenêtres au rez de chaussée et d'oeil de boeuf à l'étage. Chaque bâtiment est séparé au centre par une allée ouverte à son extremité et non couverte. Enfin l'ensemble de l'édifice général repose sur une série de souterrains (initialement reliés ?) percés de plusieurs ouvertures à chaque face. Cette architecture donne une symétrie parfaite, les détails et le soin apporté sur les bâtiments, typiquement minière (briques, ornements, fenêtres...) donne du cachet à l'édifice.

Dans ces deux ailes, ce sont les parties que Bitulac a transformé, notamment en anciens labos.

L'intérieur reste très décevant, au niveau du puits il ne reste absolument plus rien, cette partie n'a jamais été remaniée.

Il semblerait que depuis 2016 des travaux soit entrepris, notamment pour consolider la charpente de la tour.

Puits des Fourneaux - Mine du Moloy

Le puits des fourneaux est mis en fonctionnement en 1928, soit près d'un siècle après la mise en route de la mine, d'abord Société des Houillères du Grand Moloy, puis racheté par la Société des Houillères et Chemins de fer d'Epinac, c'est la SMSB (Société Minière des Schistes Bitumeux), société qui exploite la mine des Télots, qui rachète la mine en 1943 afin d'alimenter lers chaudières à charbon.

Sept ans plus tard la SMSB fermait la mine du Moloy.

Puits des Fourneaux Puits des Fourneaux Puits des Fourneaux Puits des Fourneaux Puits des Fourneaux
Puits des Fourneaux
Puits des Fourneaux Puits des Fourneaux
Puits des Fourneaux

Notes Le chevalement a été restauré (son toit remplacé) et son pourtour défriché tout récemment.

Il reste encore les initiales HCE pour "Houillères et Chemins de fer d'Epinac.

Le chevalement est fait de maçonnerie, la profondeur du puits atteint -130m. La mine occupe 128 ouvriers, le carreau est composé du puits, du bâtiment de la machine d'extraction, du criblage, des compresseurs, de la lampisterie, des ateliers et bureaux de la société. La production atteint son maximum en 1940 avc 78183 tonnes de cahrbon.

Puits de Roncevaux

Puits de Roncevaux Puits de Roncevaux
Puits de Roncevaux

Bassin de Decize-La Machine

Voici une liste (exhaustive) des puits foncés dans le bassin.

La Machine :

  • Puits de la Chapelle
  • Puits des Coupes
  • Puits des Glénons
  • Puits de la Haute Meule
  • Puits Henri Paul
  • Puits Marguerite
  • Puits Marie
  • Puits des Minimes
  • Puits Pré Charpin
  • Puits Schneider
  • Puits des Zagots

Puits des Glénons

Année : 1825-27 - 1974

Compagnie : Compagnie Schneider et Cie

Le puits est construit entre 1825 et 1827, le un chevalement est alors en bois et muni d'un treuil à vapeur. Sa profondeur se verra doubler avec les années, en passant de -240m , jusqu'à -431m en 1930.

Jusqu'en 1954 on extrait du charbon ici, puis il deviendra puits d'aération et de secours pour le puits des Minimes jusqu'à la fermeture du bassin en 1974. En 1953 le chevalement est remplacé par un chevalement métallique provenant de Blanzy.

A l'instar de Blanzy le puits des Glénons s'est lui aussi transformé en musée en 1984 par l'association Amacosmi (Association Machinoise pour la Conservation des Souvenirs Miniers)

Puits des Glenons Puits des Glenons Puits des Glenons Puits des Glenons Puits des Glenons Puits des Glenons Les molettes
Puits des Glenons
Wagonnets
Wagonnets
Aération
Aération

Mine des Télots

Année : 1824 - 1957

C'est une ancienne mine de schistes bitumineux. Le schiste une fois extrait sert à la production d'hydrocarbures par pyrogénation. En d'autres termes "Si l’on chauffe le schiste bitumineux à une température suffisamment élevée (450 / 500 °C) dans une enceinte privée d’air, la vapeur engendrée pourra être distillée en huile de schiste – une forme de pétrole non conventionnel – et en gaz. Les schistes bitumineux peuvent aussi être brûlés directement comme un combustible de basse qualité pour la production d’énergie et le chauffage, et peuvent être utilisés comme matériau de base dans les industries chimiques et les matériaux de construction." (Duclair Environnement)

Cette huile est surtout utilisé pour l'éclairage à cette époque, puis avec l'apparition de l'automobile, l'usine s'engage à en produire son carburant.

Les principales concessions dans le bassin d'Autun sont Surmoulin, les Télots, Millery et Saint Forgeot. Elles sont connectées et extraient de 3 à 5 millions de tonnes de schistes. Le gisement serait évalué entre 60 et 400 millions de tonnes.

Malgré la concurrence du pétrole, la mine ferme ses portes en 1957. Il ne reste plus aujourd'hui que des ruines et deux grands terrils où se sont entassés des schistes cuits (déchets d'exploitations). Ces terrils sont aussi les deux derniers restants de Saône-et-Loire et donc les plus hauts (100m).

Bâtiment d'extraction Bâtiment d'extraction Bâtiment d'extraction Bâtiment d'extraction
Bâtiment d'extraction
Le plan incliné Le plan incliné Le plan incliné Le plan incliné Le plan incliné
Le plan incliné
Broyeur Broyeur Broyeur
Broyeur
Concassage Concassage Concassage Concassage Concassage
Concassage

Notes Ramené jusqu'au dessus du broyeur, le minerai tombe d'abord dans une trémie qui le distribue dans l'un des deux broyeurs, puis il est stocké dans des silos.

Trémies Les silos Inondée
Installations
Château d'eau Chateau d'eau Chateau d'eau
Châteaux d'eau
Cheminée
Cheminée
Sous station Sous station
Sous station
Cité minière Cité minière Cité minière Terrils
Cité minière

Millery

Millery Millery Millery Millery Millery
Millery

Notes Il s'agit d'un ancien plan incliné qui rejoignait les travaux des télots (10ème couche).

Il ne reste plus que le local de la machine d'extraction, vide, qui est reconnaissable aujourd'hui.