“ Les carrières du Val d'Oise ”

Carrière Hennocque

L'histoire de la carrière d'Hennocque à Mery sur Oise est longue puisqu'elle a été occupée par une population diverse en passant tout d'abord par les carriers, l'armée allemande, les champignonnistes et même les cataphiles !

C'est une énorme carrière (40 hectares) exploitée, entre autre par la famille Aubin-Hennocque, dés la deuxième moitié du 19eme siècle. Elle se caractérise dans sa plus grande partie d'une zone moderne exploitée en piliers tournés à la haveuse et dans une moindre partie, plus ancienne, taillé classiquement à la lance. Un certain Baron Haussman, était en train de moderniser la capitale, pour cela il lui fallait de la bonne pierre. L'Opéra Garnier ou le Petit Palais furent construit avec le calcaire de Méry.

L'exploitation après avoir été modernisée, ne cessera pourtant de chuter, la première guerre mondiale enverra la majorité des carriers au front, dont ils ne reviendront, malheureusement pas, puis c'est la crise économique de 1929, et la seconde guerre mondiale en 1939. Après la guerre les carrières fermeront progressivement tour à tour, et l'arrivée d'un nouveau matériau, le béton, va définitivement couler, l'industrie de la pierre dans la région. C'est à ce moment là que les Spinelli ou Zambléra, champignonnistes, s'installeront dans ces carrières, jusqu'au début des années 1990.

Aujourd'hui il reste encore une champignonnière en activité dans la ville, c'est Mr Zamblera.

La carrière sous l'occupation.

Les missiles V2 (Vergeltungswaffe 2) littéralement "armes de représailles" sont les premiers missiles balistiques, développés par l'armée Allemande pendant la seconde guerre mondiale. La carrière de Méry est l'un des sites repérés et choisis par les Allemands comme site de stockage, elle avait tous les avantages : la proximité d'une voie de chemin de fer et dispose d'une très grande surface, en sous sol. Pour cela les allemands vont creuser la pierre pour y construire une immense gare souterraine de 1,5 km, fortifier des galeries existantes, installer un quartier général à l'intérieur même de la carrière, aménager des puits d'aérations, sécuriser l'entrée avec deux tobrouks et une casemate mais surtout ils vont apporter l'électricité.

Le site ne sera pourtant jamais terminé.

Carrière Militaire

Vue générale
Vue générale
Tunnel ferroviaire
Tunnel ferroviaire
Tobrouk
Tobrouk
Puits blindé
Puits blindé

Notes Voici une vue globale du site depuis l'extérieur, on y distingue l'entrée camion à gauche et l'entrée de la gare souterraine à droite, avec son petit tunnel ferroviaire.

Au dessus de la gare, il reste 2 Blockaus servant à protéger les puits d'aération de la gare.

La gare souterraine
La gare souterraine
Quai de chargement
Quai de chargement
Gare
Gare
L'entrée
L'entrée
Carrefour bétonné
Carrefour bétonné
Tunnel piéton
Tunnel piéton
Entrée piéton Entrée piéton
Entrée piéton

Notes C'est la gare souterraine, haute d'une dizaine de mètres ou plus et large de cinq mètres, elle est en béton armée. Elle dispose de quais de circulations de chaque côté, et trois quais de chargements (d'un seul côté) et d'une galerie annexe, qui relie ces quais vers la sortie camions.

On distingue trois entrées :

  • L'entrée principale, par voie de chemin de fer, surmonté de son créneau FM et des vides pour l'emplacement de la future porte blindée, de chaque côtés.
  • Une entrée pour les camions et le transport de matériels, parallèle à la gare.
  • Une entrée piéton, dont le tunnel n'a jamais été terminé, plus loin dans la carrière.

Curiosités

La Louisette
La Louisette
Trou
Trou
Réservoir concrétionné
Réservoir concrétionné
Les gours
Les gours

Notes Voici tout ce qui fait le charme de cette carrière, ses parties noyées et ses magnifiques concrétions.

Concrétions
Concrétions
Citerne / rails
Citerne / rails
Concrétions
Concrétions
Tonneau
Tonneau
Infiltrations
Infiltrations
Les fistuleuses
Les fistuleuses
Karst
Karst
Au fond
Au fond

Notes Il y a plusieurs curiosités, tout d'abord une faille karstique, celle-ci est située tout en haut d'un pilier, un peu en profondeur et pas facile à photographier. Ou une autre qui a creusée tout l'intérieur d'un pilier, elle ne coule plus aujourd'hui, mais on peut rentrer "à l'intérieur" de ce pilier pour se rendre compte de l'effet de l'eau.

Enfin au fond, après 57 galeries, et bien il y a aussi de l'eau ici ! Notons juste que la 57eme galerie est écrite en bleue et non en noir.

Arches
Arches 1925
Voûte
Voûte 1911
Pillars of Earth
Pillars of Earth

Notes Les mêmes arches que l'on retrouve dans d'autres carrières de la ville, elles sont l'oeuvre de Garnier, en briques et moellons taillés, celles en début de galerie sont de 1911 et plus loin elles datent de 1925. Il y en plusieurs autres dans toute la carrière.

Il y a eu un grand mouvement de terrain en 1892, et une grande partie s'est effondrée coupant ainsi la carrière en deux. En 1978 c'est la galerie principale qui s'effondre. Aujourd'hui un quart de la ville est sous miné par d'anciennes carrières.

Fossile
Fossile
Poisson 1943
Poisson 1943
L'empereur
L'empereur
Règlement
Poisson 1943

Notes Au ciel de carrière plusieurs curiosités si on sait chercher attentivement. Tout d'abord deux beaux fossiles de poissons très bien conservés. Plus loin deux soldats napoléoniens, où il est écrit : "Liberté et Egalité, vive l'empereur".

Enfin un règlement partiellement terminé où on peut lire "tout homme qui se trouveront dans un état soulographique seront amendables de la peine..." le reste est effacé ou inachevé.

Taille

Echelle
Echelle
Treuils
Treuils
Haveuse
Haveuse
Traces de découpes
Traces de découpes

Notes L'atelier du tailleur de pierres est tout aussi impressionnant (que les concrétions, pour ceux qui suivent), il reste la haveuse électrique, un grand nombre d'inscriptions sur les murs et tous les outils dont une impressionnante barre à talon. Les blocs sont taillés par la haveuse (c'est ce qui donne cet aspect très droit aux piliers) puis on les déplacent par des treuils, jusqu'à un proche wagonnet, où ils seront hissé par des palans, afin qu'ils soient ressorti. Au détour des galeries, il n'est pas rare de voir des blocs déjà taillés et prêt à être emporter.

Atelier de découpe
Atelier de découpe
Barre à talon
Barre à talon
Blocs en attente
Blocs en attente
Hennocque
Hennocque

Notes Hennocque : Des galeries à perte de vue, rectiligne, avec galeries numérotées.

Aiguillage
Aiguillage
Wagonnet
Wagonnet
La descenderie Voûte maçonnée Rouleau Murs blindés
La descenderie

Notes Il s'agit d'une ancienne descenderie (bouchée au fond), à mi chemin il y avait un treuil qui permettait la translation des wagonnets.

Champignonnière

Faites en autant !
Faites en autant !
Champignonnière
Champignonnière
Tableau de 1951
Tableau de 1951
Bocaux de mycelium
Bocaux de mycélium
Broyeur
Broyeur

Notes La carrière a servie de champignonnière, d'abord en meules puis en sacs, il reste encore le nom de certaines caves, et quelques tableaux ici et là.

C'est un immense espace souterrain exploité pour la pierre calcaire dont les carriers ont extrait deux bancs : le banc royal et le banc franc. Chaque banc possède une puissance approximative de 4m.

Deux grandes sociétés se sont partagées l'exploitation :

  • Bélier - Civet Pommier (déjà bien connue dans la ville)
  • Aubin - Pinaud.

Ces vides furent par la suite largement transformés en caves champignonnières dont plusieurs styles de cultures sont encore bien représentés.

Cet ensemble comptent à peu près sept carrières, dont certains noms forment aujourd'hui les quartiers du dessus : La Bonne Ville, le Four à Chaux, Le Bel Air, Saint Paul, les Roches et j'en passe. Tout cet ensemble se rejoint pour former sans nul doute : la plus grande carrière d'Ile-de-France.

Exploitation

Piliers Tournés
Piliers Tournés
Arches Consolidations Avril 1895 Arches Arches
Consolidations - Arches

Notes Dés l'entrée, la carrière a été consolidée par de larges arches construites par Garnier, car il y a eu un important mouvement de terrain sur la commune en 1892. La date inscrite sur ces arches oscille entre 1894 à 1899. Il y a d'autres arches disséminées dans la carrière, mais aussi dans les autres carrières de la commune, signés de la même personne.

A cet endroit et nulle part ailleurs, les galeries sont numérotées en "Rues", Rue N°1, Rue N°2...

Rue K
Rue K
Arches Arches
Arches
Arches
Arches

Notes Ces dernières arches datent de 1905, et sont construites par un certain Tetard.

Fontis
Fontis
Consolidations récentes
Consolidations récentes

Notes Vue la superficie de la carrière, une large partie du centre ville se trouve sous minée et dans des quartiers construits. L'article 552 du Code Civil définit que le propriétaire du dessus est aussi le propriétaire du dessous. Il est donc à la charge du propriétaire d'effectuer les travaux nécessaires de consolidations. En souterrain on retrouve donc beaucoup de travaux de consolidations en piliers de parpaings. Ceux là sont ici pour renforcer la portée des piliers aux alentours ou soutenir le ciel aux endroits instables (fontis).

Rue principale
Rue principale
Pilier à bras
Pilier à bras
Wagonnet-Rails
Wagonnet-Rails
Défense de toucher
Défense de toucher

Notes Il reste encore des vestiges de wagonnets et une portion de rails, la descenderie, aujourd'hui bouchée, servait à la sortie des blocs.

Place Saint Louis
Place Saint Louis
Passage N1
Passage N°1
Bloc
Bloc
Lorry
Lorry
Le musée
Le musée
Puits d'extraction
Puits d'extraction
Rue principale
Rues principales

Notes Ce puits d'extraction est énorme ! C'est l'un des plus beaux que j'ai pu voir. On retrouve plusieurs indication de rues au départ de chaque galeries.

Effondrement
Galerie neuve
Effondrement
Effondrement
Benne
Benne

Notes A ma connaissance c'est la seule galerie entièrement taillée à la haveuse, cette petite section exclue du réseau est cernée par des effondrements et a très vite été condamnée. Un premier effondrement survenu en 1963 empêche totalement la visite, en le contournant nous arrivons dans une zone qui est totalement bouleversée. La cause est due à un violent glissement de terrain datant de 2001, les piliers sont en sur-pression, tout est en train d'exploser, c'est très chaotique, et nous rappelle le danger immédiat.

En 2003 c'est un énorme fontis qui était apparu en plein bois.

Vossaert
Vossaert
Sondage pressions
Sondage pressions
Wagonnet Wagonnet
Wagonnet

Notes Tout au fond une signature de Napoléon Vossaert carrier que l'on peut retrouver notamment dans la carrière de l'Otan.

Ces sondages sont des tests de pressions, pour mesurer la résistance du pilier. On en retrouve également sur la face adjacente à ce mur.

Curiosités

Trompettes Trompettes Trompettes
Trompettes

Notes Les trompettes de Chavenay sont des concrétions qui se forment sur du calcaire où se trouve de la chaux (issue de la désinfection des caves ou éventuellement d'un déchaulage d'une lampe acétylène). Le milieu frais fera le reste.

Charette
Charette
Dame Jeanne
Dame Jeanne
Le Lac
Le Lac
Concrétions Concrétions
Concrétions

Notes C'est la seule portion de la carrière qui est noyée, c'est une petite galerie d'une vingtaine de mètres, au fond, il y a bien 2m d'eau, elle arrive presque jusqu'au ciel.

Pilier à bras
Pilier à bras
L'Afrique
L'Afrique
Bassin
Bassin
L'alcool est un poison
Alcool

Champignonnières

Broyeur Broyeur Broyeur
Broyeur
Triporteur
Triporteur
6096
6096
Plates-bandes
Plates-bandes
Piliers à bras
Piliers à bras
Carrefour
Carrefour

Notes Au départ, la culture du champignon s'est faites sur des "plates bandes" de larges étendues de terre, où l'on faisait pousser le mycélium. Cependant cette technique a été abandonnée de même que la culture en meules, car les bactéries pouvaient très facilement se propager d'une plate bande à une autre, détruisant ainsi toute une récolte. Il fallait alors désinfecter entièrement la cave, immobilisant par conséquence la production.

Les murs sont donc "chaulés", pour éviter toute propagation de maladies. Pour rappel, on obtient de la chaux par calcination du calcaire.

Arche Sacs de culture Sacs de culture
Sacs de culture

Notes On retrouve également de la culture en sac, plus traditionnelle.

Arche
Tonneaux
Ventilateur
Ventilateur
Pasteurisation
Pasteurisation
Spinelli Spinelli Spinelli Spinelli Spinelli Spinelli
Spinelli

Notes Ces dessins sont l'oeuvre de Roland Spinelli, ancien champignonniste. Ils datent de 1942-1944. Le premier est de 1943, la signature est écrite a l'intérieur d'un cercle qui rappelle le cachet postal. Le second est daté du 19/05/1944. Le troisième est le plus représentatif et le plus marquant ! Enfin le dernier sa signature est écrite au dessus d'une étoile filante.

Les deux derniers sont la preuve d'un amour entre Roland Spinelli et Marcelle Chartier, daté sur le second du 19/06/1944. Ces signatures sont les plus marquantes mais il y en a d'autres de personnes différentes, on peut se douter que les habitants sont venus se réfugier ici pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Peton Sergio Ugolotti Visage
Signatures

Notes Encore des champignonnistes, le premier est Peton mais la date en dessous n'est pas bien compréhensive. Est ce Louis Peton ?

Le second est un champignonniste italien.

Le dernier est un très beau dessin représentant un visage.