“ Carrière de Savonnieres en Perthois ”

En quelques mots la carrière de Savonnières en Perthois est un dédale gigantesque d'un seul vide de plus ou moins 100 hectares représentant à peu près 200km de galeries souterraines. Dans la documentation, elle est souvent citée comme étant la plus importante carrière du département, et aujourd'hui sans nul doute comme l'une appartenant aux plus grandes de France.

Au plus fort de l'activité une vingtaine de sociétés représentant globalement 300 ouvriers, exploitent la pierre sur une trentaine de carrières, dont une majorité se trouvent en souterrain.

La pierre, richesse du village, est un calcaire oolithique et coquillier appartenant à la couche du Jurassique supérieur, étage Portlandien. C'est une pierre ferme mais fine (grains fins), résistante (haut degré de porosité) et facile à tailler, elle offre une belle diversité de teintes, grâce a ses différents grains, de gris beige (certains diront blonds) à gris. C'est un calcaire massivement pur à 99%, présenté sur une masse de 3m de hauteur, le Banc Royal, où l'on retrouve deux types de grains :

Cette pierre est extraite principalement en souterrain, et aujourd'hui à ciel ouvert, sur les communes de Savonnières en Perthois, Aulnois en Perthois et Brauvilliers. Pour cette dernière la puissance est plus conséquente et atteint les 5m, divisé en 5 bancs de pierres.

La pierre de Savonnières a principalement été utilisée pour la construction à ses débuts, puis a servi pour la rénovation de bâtiments (notamment en remplacement de la Pierre de Caen, à l'époque où elle n'était plus exploitée), en décoration mais aussi pour la sculpture. Les villes les plus proches de Nancy, Vitry le François, et Chalons sur Marne en ont largement profité dans leur construction. Très peu pour Paris, qui est déjà largement desservi par d'autres carrières. Plus loin, elle fût utilisée par le Danemark, la Suisse, l'Allemagne, la Hollande et surtout la Belgique.

L'ensemble du village fortement sous miné, se situe globalement au centre de la carrière sur une masse moins exploitée, ce qui se traduit par une impossibilité totale de construire en surface.

La carrière a traversée les époques, et il apparaît très clairement quatre grandes époques que nous allons voir.

  1. L'extraction de la pierre : sa première vocation.
  2. La culture du champignon : une grande majorité des vides crée ont servi à la culture du champignon.
  3. L'envahisseur : la présence allemande, durant la Seconde Guerre Mondiale et ses nombreux ré-aménagements "caractéristiques" afin d'y entreposait des fusées V2.
  4. La spéléologie : actuellement la seule présence tolérée dans ses carrières pour l'exploration de gouffres.
Sources :

Extraction de la pierre

La carrière est exploitée depuis 1875. La méthode d'extraction est celle des piliers tournés, piliers carrés mesurant 2m de large espacé de 4m80 et d'une hauteur avoisinant les 4m. Les piliers sont très rapprochés, pour mieux soutenir le ciel (un recouvrement de seulement de 6m par endroits). On extrait des blocs pesant jusqu'à 10 tonnes.

Piliers et hagues
Piliers et hagues
Hague
Hague
Cric
Cric
Tableau carrier
Tableau carrier

Notes Nous voici dans une zone de taille moderne, très belle, où se trouve encore beaucoup de blocs en attente, entre chaque pilier des hagues sont montés avec les déchets de taille.

Etiquettes de vin
Etiquettes de vin
Escalier
Escalier
Tunnel voûté
Tunnel voûté

Notes Dans une galerie, on apercevra une belle collection d'étiquettes de vins, il faut croire que certains carriers étaient bien portés sur la bouteille, c'est un thème récurrent en souterrain !

Ce tunnel voûté est en partie encore appareillé de sa voie de 60, les blocs étaient sortis par wagonnets.

Cric
Cric
Front de taille
Front de taille
Blocs
Blocs
Treuil
Treuil

Notes La plupart des blocs sont tous posés sur des cales en pierres afin de faciliter leur déplacement ultérieurement. On utilise alors le cric et un treuil pour ce genre de manutention.

Cric à manivelle
Cric à manivelle
Carrier et son pic
Carrier et son pic
Pilier
Pilier
Coins
Coins
Extraction
Extraction
Moellons
Moellons

Notes La carrière a été exploité de plusieurs façons :

  • La Méthode ancienne : A l'aiguille, à la tranche puis à la lance. On utilise aussi de la poudre noire pour les phases d'approches et de dégagement des blocs.
  • La Méthode moderne : A la machine à piquer (Cf : Pilier) et à la haveuse.

La machine à piquer ou piqueuse est une machine perforatrice, montée sur un support horizontal ou vertical, selon la coupe, et permet de forer un trou dans la pierre grâce à des mèches munies de gouges en pointe. Cette machine reçoit l'air comprimé par un pulsateur pneumatique qui lui, se déplace plus aisément, sur roues. L'ensemble est alimenté électriquement. On pourra en admirer une encore, dans la carrière Rinval, à Brauvilliers.

On réalise plusieurs saignées horizontales et verticales afin de recouper les blocs à sortir du front. On insère ensuite des cales sous le bloc et des coins que l'on enfoncent qui feront éclater la masse et détacher notre bloc. Il ne reste plus qu'a tirer le bloc à l'aide d'un treuil puis à le déplacer grâce à des roules.

Haveuse
Haveuse
Support lame
Support lame
Haveuse Haveuse
Haveuse

Notes Dans le secteur exploité par la société Rocamat (dernier exploitant), se trouve les deux derniers vestiges de découpe de blocs : deux haveuses Korfmann ST 100, en piteux état. Elles sont clairement incomplètes, il manque entre autre la lame et le poste de commande, la rouille et l'humidité n'aidant pas à leur conservation.

Korfmann Korfmann Korfmann
Korfmann

Notes Dans la carrière à ciel ouvert il reste encore un modèle presque complet en train de rouiller

Puits / Descenderie

Il y a eu deux types d'accès aux carrières :

La pierre est ensuite remonté soit par ces accès soit le plus souvent à l'aide d'un puits d'extraction.

Fut concrétionné
Fut concrétionné
Puits d'extraction
Puits d'extraction Esperance
Rails
Rails

Notes Le puits de l'Espérance complètement maçonné jusqu'en haut, situé tout près d'une route en surface.

Puits d'extraction Puits d'extraction
Puits d'extraction Amerique
Puits d'extraction Puits d'extraction
Puits d'extraction Cayenne

Notes Voici, selon moi, le plus beau des puits d'extraction, celui de l'Amerique, dont les concrétions remontent presque jusqu'à la moitié du puits. Il est aujourd'hui bouché puisqu'une maison est construite dessus.

Pas si loin se trouve le puits d'extraction de Cayenne, bien moussu comme il faut.

Transformateur
Transformateur
Puits de Cayenne Puits de Cayenne
Puits de Cayenne

Notes ...et le voilà en surface.

Puits de service
Puits de service
Escalier
Escalier
Puits de service
Puits de service
Galère
Galère

Notes Voici le puits de descente de l'Avenir, c'est un accès remontant en surface au moyen d'un escalier en fer, puis taillé directement dans la masse, l'accès reste assez chaotique, et effondré en haut. Ce puits de service servait aux carriers pour descendre dans la carrière. Un peu plus loin se trouve son puits d'aération, bouché en surface, il ne reste que quelques pierres de reconnaissable.

Puits de la Tuilerie
Puits de la Tuilerie

Notes Toujours vers l'Avenir, se trouve le puits d'aération de la tuilerie, bouché et situé entre deux maisons en surface.

Galerie d'accès
Galerie d'accès
Ancienne descenderie
Ancienne descenderie
Nouvelle descenderie
Nouvelle descenderie
Puits d'aération de la Belgique
Puits d'aération de la Belgique

Notes Secteur plutôt chaotique, débouchant sur l'ancienne descenderie de la Belgique, la galerie est en sérieuse voie d'effondrement, la pression fait exploser les murs, les quelques consolidations en tronc d'arbres (rien que cela) ne tiennent plus et pourrissent à terre. Cet accès a été bouché suite à un effondrement. Plus loin la nouvelle descenderie débouche en surface, chez des particuliers.

Cavages

Entree du Paquis
Entree du Paquis
Entrée Champs à Vin
Entrée Champs à Vin
Entrée Rampe Minot Entrée Rampe Minot
Entrée Rampe Minot

Notes L'entrée de la Rampe Minot est la plus ancienne entrée elle est datée de 1890.

Il reste une dernière entrée nommée Le Cornuant, aujourd'hui complètement bouchée par ce qui sert de déchetterie à la ville. On y voit encore un bout d'entrée cependant.

Entrée de l'Espérance Entrée de l'Espérance
Entrée de l'Espérance
Entrée Champignonnière
Entrée Champignonnière
Bâtiment carrier
Bâtiment carrier
Entrée de la Besace
Entrée de la Besace
Décollement
Décollement

Notes L'ex-entrée de la Besace dont l'entrée est entièrement effondrée, de même que son puits d'aération tout proche. En surface, il n'y a plus rien de reconnaissable le champs a été remodelé.

Près de l'ex-entrée de la Sonnette aujourd'hui effondrée, se trouve un très beau décollement de ciel, on y distingue les couches supérieures, de marne, entre autre.

D'une manière générale dans ces deux secteurs, l'exploitation s'est arrêtée brutalement à cause de ces effondrements et il reste beaucoup de blocs en attente.

Entrée de la Gare
Entrée de la Gare
Gare
Gare

Notes L'entrée dite de "la Gare" (carrière du Tunnel) est l'entrée officielle de la base allemande, cette entrée fait référence à l'ancienne gare située non loin de là, dont il reste d'ailleurs toujours le bâtiment principal avec en fronton l'inscription "Savonnieres".

Aujourd'hui l'entrée de la Gare est "l'entrée de service" pour les spéléos, c'est par ici que nous sommes entrés, et c'est aussi la seule d'ouverte. Il suffit de demander les clés à la gendarmerie d'Ancerville et de présenter une carte d'adhérent spéléo, en échange des clés.

Entrée Marlière
Entrée Marlière
Ventilateur
Ventilateur
Entrée de la Briquerie
Entrée de la Briquerie

Notes L'entrée de la Marlière est la seconde entrée allemande, plus au sud.

L'entrée de la Briquerie ou Boivin est une descenderie courte mais pentue, qui devait sûrement être équipée, pour la remontée de wagonnets en surface il ne reste pas de rails mais encore le mécanisme d'un treuil caché dans la broussaille.

Entree Courteraie
Entree Courteraie
Courteraie
Courteraie
Date
Date
Courteraie
Courteraie

Notes C'est assurément la plus belle entrée de la carrière, la descenderie est surmontée de renforts en pierre, afin de soutenir les murs de chaque côté. L'entrée est datée de 1923.

Dessins

Bellot
1 - Bellot
Je meure
2 - Je meure
Souvenir d'une guerre
3 - Souvenir d'une guerre
Casimir
4 - Casimir

Notes ...des dessins, beaucoup de dessins. Il y en a des milliers, réparti dans toute la carrière, chacun a laissé le sien et cela à des époques différentes, en voici certains, croisés au détour de galeries qui m'ont marqué.

1 - Bellot, un beau dessin bien noirci et en dessous du nom, seul les contours laissent deviner la suite de la phrase "l'abruti", un possible champignonniste ?

2 - il est écrit "Apelez ma mère, Apelez ma famille je meure". C'est une belle allégorie au travail, quel dur labeur que de travailler au fond, si dur qu'après avoir tant porter cette brouette je ne peux aujourd'hui que me retrouver à l'intérieur et m'y faire transporter jusqu'à mon repos éternel.

3 - "Souvenir d'une guerre laquelle ?" On y voit clairement un avion qui lâche un projectile (une bombe ?) sur un tunnel (Carrière du Tunnel ?), ce bombardement ne montre pas si il s'agit de la ville de Savonnières.

4 - Une scène très explicite et très représentative des carrières, mais celui-ci à la particularité d'être sur un angle de pilier rendant le dessin plus original.

Durandal
1 - Durandal
Fumeur
2 - Fumeur
Vin
3 - Vin
Danseur
1 - Danseur
Jeune femme
2 - Jeune femme
Prostituée
3 - Prostituée

Notes C'est deux premiers dessins sont du même auteur.

1 - Le premier montre une scène de danse avec deux couples, le premier au premier plan est le plus intéressant, on y voit la tête du prétendant plongé dans les attributs de madame qui semble être plutôt conquis. Si la femme semble être nue l'homme lui porte une sorte de short.

2 - Il s'agit d'une femme nue aux cheveux courts assise sur un tapis rose.

Ces deux dessins et particulièrement le second, en couleur est le seul, l'aspect en fond complètement colorié donne une meilleure profondeur à l'ensemble et le fait ressortir plus facilement.

3 - Ce dessin représente une femme assise sur une chaise, les jambes croisées, le coude posé sur une table soutenant sa tête. Sur la table sont disposées un verre, une bouteille et une cigarette encore fumante. Cette femme aux formes gracieuses en plus de son regard aguicheur, de sa longue chevelure bouclée et de sa poitrine visible me font penser à la péripatéticienne qui attends "désespérément" son client, prêt à en dévoiler plus, d'un geste de jambes.

Lieutenant
1 - Lieutenant
Adieu
2 - Adieu

Notes 1 - Il s'agit d'un dessin militaire représentant un soldat et un lieutenant celui-ci s'adresse à son trouffion le pointant du doigt : "Vous etes un con, une brutte, une endouille" et lui de répondre "Oui mon Lieutenant". Le lieutenant porte le képi, l'uniforme à boutons et les bottes, quand au soldat, seul le calot et peut être une veste, mais tous les deux ont la moustache.

2 - Un message très touchant d'adieu où l'auteur se remémore ses derniers copains qu'il cite à chaque ligne mais dont je n'arrive pas à retranscrire en entier : "Adieu Cornuant regretté. Adieu Langlois notre fameux galocheur. Adieu Gourmette notre fai... Adieu La Cuotte... Adieu ... boit sans soif. Adieu... Adieu le bon vin.

Culture du champignon

Les premiers champignonnistes s'installent vers 1930, et vers 1936 deux grands producteurs sont implantés :

La culture du champignon est active en même temps que celle de l'exploitation de la pierre. Il y a des secteurs gigantesques de caves à perte de vue, 20 à 30 piliers de longs sur une dizaine de large, cet abondance de piliers donne d'ailleurs des alignements de grande envergure et renforce également le sentiment de labyrinthe. Celles-ci sont délimitées par des cloisons en plâtres ou par des bâches. On pourra encore voir traîner des paniers de récolte, et parfois des indications de noms de caves, de lardage, de toises voire d'années.

Après la guerre, l'activité reprend doucement, on dénombre alors trois grandes champignonnières :

La dernière champignonnière, celle de Mr Rotigni, a fermée ses portes en 2003.

Cave 3
Cave 3
Cave 4
Cave 4
Cave 5
Cave 5
Fontis
Fontis

Notes Nous sommes aux Auvions, dans le secteur de la Gare, il reste seulement ces inscriptions faites au pochoir mais les caves sont toutes vides. En surface à cet endroit, il y a eu un important affaissement de terrain.

Cave verte
Cave verte
Meules
Meules
Plates bandes
Plates bandes
Pascal
Pascal

Notes Dans cette partie en particulier, les caves sont complètement vertes ou bleues, cela est dû à l'utilisation d'un fongicide afin de les assainir après la récolte.

Par chance, si on cherche bien, il reste encore quelques endroits en plates bandes plutôt bien conservées, c'est assez rare car c'est une culture assez ancienne. On a cultivé par la suite en sacs et en caisses métalliques. A un endroit on pourra même voir un petit bout de meules (reconstituées ?).

Ventilateur
Ventilateur
Machine Machine
Machine
Tunnel voûté
Tunnel voûté

Notes A l'entrée d'une des champignonnières, cette descenderie voûtée nous amène dans une zone technique où se trouve encore du matériel : remorques, chambre de pasteurisation et une machine qui devait servir à ensacher le fumier. En surface tout près, à la lisière du bois, se trouve les sacs à champignons, vides et entassés pour toujours. Plus loin, en plein champs, se trouve le puits d'aération de cette zone.

Bassine Bassine
Bassine
Boudot
Boudot

Notes Visiblement il y a aussi un champignonniste qui vient d'un peu plus loin !

Pasteurisation
Pasteurisation
Prise d'air
Prise d'air
Chaufferie
Chaufferie

Notes Il restes quatre grandes salles de pasteurisation, dont les planchers et portes sont malheureusement manquants.

Puits d'aération des Vaches
Puits d'aération des Vaches
Cheminées pasteurisation
Cheminées pasteurisation
Bacs de culture
Bacs de culture

Notes J'ai baptisé ce puits d'aération "Les Vaches", puisqu'au dessus c'est un terrain agricole et que l'on sent bien le fumier, ce puits donne face aux chambres de pasteurisation, et juste derrière la chaufferie.

Aménagements Allemands

L'armée Allemande s'installe en 1943 dans la carrière (nom de code 1402) en vue d'y stocker ses armes V2. Les aménagements déjà faits par l'armée Française, quatre ans plus tôt, la grande superficie souterraine, ses multiples accès et la proche gare ont font alors un lieu idéal. L'organisation Todt est en charge des futurs travaux à réaliser.

Entrée de la Gare
Entrée de la Gare
Emplacement porte
Emplacement porte
Entrée de la Marlière
Entrée de la Marlière
Mur maçonné
Mur maçonné

Notes Ces deux entrées datent de la période Française. Ce sont deux gros ouvrages de renforcement en béton incluant une porte coulissante (absente) et un créneau pour mitrailleuse.

Descenderie
Descenderie
Local Briquerie
Local Briquerie
Porte blindée
Porte blindée
Mur
Mur

Notes Ce local reste un mystère sur son usage, il est complètement clos du reste de la carrière par deux murs maçonnés, seul un accès ici près d'une ancienne entrée par cette petite porte blindée, est possible. A l'intérieur ce n'est qu'une galerie d'une vingtaine de mètres avec un recoin. Seule la hauteur est plus importante.

1944
1944
Fe
Fe

Notes Des graffitis allemands non loin de là.

Double voûtes
Double voûtes
Bassin
Bassin
Renforts métalliques
Renforts métalliques
Tunnel voûté
Tunnel voûté

Notes Un très beau carrefour, très bien conforté consistant en une double voûte et prolongé sur la droite par un tunnel voûté. Plus loin on retrouve ces renforts métalliques et ce bassin que nous avons baptisé "la piscine", le niveau d'eau atteint le mur maçonné derrière, il en existe une autre encore plus grande vers la Marlière.

Mur de soutien Mur de soutien
Mur de soutien
Double arches
Double arches
Surcreusement
Surcreusement

Notes Les Allemands doivent, en vue d'y faire circuler des V2, outre consolider les accès de roulage, penser à élargir certaines galeries, que se soient dans la hauteur ou dans la largeur. On notera que le secteur "allemand" est le plus haut dans toute la carrière.

Les wagons doivent pouvoir circuler aisément, notamment dans les courbes et les galeries d'entrepôts doivent pouvoir contenir des trains entiers. Pour cela, la méthode employée est simple et consiste à la destruction des piliers abandonnés, pour la construction de murs maçonnés, plus solide et fait à la "convenance" allemande. Le sol est déblayé, et par endroit c'est le ciel lui même qui est en cours de creusement on y voit également des fers à béton sortant du ciel afin de maintenir la prochaine fermeture du mur (Cf : Surcreusement)

On y voit très bien le nouveau mur de soutien et l'ancien pilier qui aurait dû disparaître (Cf : Mur de soutien).

Galerie de stockage
Galerie de stockage
Ripplemarks
Ripplemarks

Notes Toujours dans le secteur de la Gare, le ciel est très souvent recouvert de ripplemarks, ces vagues laissés il y a des millions d'années, quand la mer recouvrait encore ces terres.

Tourelle
Tourelle
Escalier
Escalier
Voûte de la Machine Puits de la Machine
Voûte de la Machine

Notes La Tourelle est un accès vers la surface à partir d'un escalier en colimaçon, il manque la dernière partie de l'escalier pour accéder jusqu'en haut. Non loin de là, se trouve le puits d'extraction de la Machine, qui est le seul à être rond dans toute la carrière.

La tourelle
La tourelle
Inscription
Inscription
La tourelle
La tourelle
Bunker La Machine
Bunker La Machine

Notes Voici la tourelle en extérieur ainsi que le puits de la Machine protégé par un bunker.

Speleologie

Concrétions Concrétions Concrétions Concrétions
Concrétions

Notes Voici quelques photos de concrétions vers le gouffre de Cayenne, il existe une bonne vingtaine de gouffres réparti dans toute la carrière, L'avenir, la Sonnette, Cayenne, La Besace, Grande Vialle, Dindon, Le Pet qui Chante et j'en passe... Ces gouffres sont "invisibles", c'est à dire qu'ils ne débouchent pas à la surface, la plupart ont été découvert pendant l'exploitation de la carrière. Je citerai en particulier celui de la Sonnette comme étant le plus impressionnant, coincé dans l'angle d'un pilier rien ne laisse présager de l'immensité, toute relative du gouffre. C'est un puits large, divisé en trois paliers de puits, un premier P30, P10 et P12 atteignant la profondeur totale de -85m.

A la rencontre de ces gouffres les carriers avaient reçus la consigne de les boucher avec les déchets de taille. Certains puits sont aujourd'hui totalement comblé, l'Abime de Savonnière, proche de la Sonnette était un beau P90.

Speleo de pierre Speleo de pierre
Speleo de pierre
Noeud Celtique
Noeud Celtique

Notes Des sculptures près d'un refuge spéléo (Ce spéléo de pierre a été taillé par Laurent MORIN, CSM)