“ Carrière de la Violette ”

C'est une carrière de gypse située à Annet sur Marne, exploitée pour la fabrication du plâtre. Elle regroupe trois grandes carrières : Le Clos du Roy, les Griffes et le Gypse. Ces carrières ont été exploitées dés la moitié du XIXe siècle par la Famille Lepaire de père en fils sur trois générations.

Les Lepaire sont à la base des bateliers, Jacques Lepaire (Père) possède déjà des plâtrières, mais par soucis de rendement il acquiert ses carrières en vue de les exploiter lui même. C'est son fils Nicolas qui les développera après sa mort, puis son fils Pierre Achille et enfin Jacques Amedée.

La carrière est divisé en trois grandes parties distinctes :

L'extraction

 Livre Annet sur Marne

L'extraction en première masse s'est d'abord faites par puits, à l'aide de manèges à chevaux puis par cavage. La connaissance de l'extraction de la pierre n'étant pas le domaine de prédilection des Lepaire, Nicolas Louis fait sous-traiter ce travail par de la main d'oeuvre très peu qualifiée, il en ressort que l'aspect des galeries diffèrent des carrière de gypse "traditionnelles". En effet les piliers ne sont pas taillés en base trapézoïdale mais à pied-droit, comme du calcaire. Il n'y a pas non plus de consolidations au ciel, seuls les roulages le sont, ce qui a eu pour effet plusieurs effondrements et accidents.

En seconde masse c'est plus ou moins pareil, on retrouve des puits : le gypse est remonté alors à la verticale jusqu'en première masse, puis plus tard par des tunnels en pente douce, on tire alors des tombereaux remplis de gypse par des chevaux. L'effort est moindre et moins dangereux. Aujourd'hui ces tunnels confortés menacent d'éclater sous la pression, la seconde masse est complètement écrasée. Plusieurs accès donnent encore vers ce second niveau, mais le paysage est chaotique, le ciel est fissuré et gondolé, on marche sur des morceaux de ciel, les murs s'effritent, il règne une atmosphère oppressante. En fait cette masse a été exploitée en hagues et bourrages et par piliers à bras, c'est une véritable catastrophe !

1937 signe la fin d'exploitation de la carrière.

Champignonnière

Après la fin d'exploitation, la carrière est massivement ré-utilisée en champignonnière, parmi les exploitants on retrouve un certain Baptiste Spinelli (1941-1949) puis son frère Jacques (1949-1960) dans la partie "La Violette". On aménage surtout en meules, mais on trouve également une production en caisses de bois (ce qui est plutôt rare en Ile-de-France), il y a pourtant un avantage certain, celles-ci se superposent et permettent du coup d'augmenter la production tout en rentabilisant l'espace. Puis c'est Rino et Lino de la famille Zinetti qui exploitent en meules à partir de 1958 dans la partie "Le Gypse", puis dés 1960 reprennent l'exploitation dans la "Violette". Ils s'arrêtent définitivement en 1966.

Aujourd'hui les meules sont presque effacées, piétinées, il ne reste plus grand chose, quand aux caisses en bois, elles sont en décomposition à cause de l'humidité.

Lectures et Recommendations

Souterrains et Carrières d'Annet sur Marne : Un très beau livre qu'il se faut de lire si on s'intéresse un peu aux carrières du coin, ne serait-ce que pour l'historique et les récits d'époque. Ecrit par Joelle et Patrick Pallu.

Certaines des informations citées plus haut, sont issues de ce livre.

Carrière de la Violette

Entrée en cavage
Entrée en cavage
Vivasix
Renault Vivasix
Joseph M
Joseph M
Souterrain refuge
Souterrain refuge
Four à pain
Four à pain

Notes La carrière servit de refuge à la population en 1870 pendant l'invasion Prussienne. Il reste ce tunnel de consolidation et ce four à pain. On aperçoit au dessus de la sortie du tunnel l'inscription "Joseph M 1869".

Balance
Balance
Dame Jeanne
Dame Jeanne
Tableau
Tableau
Moisissure
Moisissure
Caisses en bois
Caisses en bois
Anciennes meules
Anciennes meules

Notes Voici les quelques restes que l'on peut encore trouver concernant l'activité de champignonnière.

Route stratégique
Route stratégique
Noms de rues
Noms de rues
Rue de la fosse Colas
Rue de la fosse Colas
Rue des Sarronces
Rue des Sarronces
Voie des Griffes
Voie des Griffes

Notes Les roulages sont les seuls à porter des noms.

Voutes
Voutes
Puits
Puits
Ancienne sortie Boisage
Anciennes sorties
Piliers à bras Piliers à bras
Piliers à bras
Piliers à bras Piliers à bras Piliers à bras Piliers à bras
Piliers à bras

Notes Des piliers à bras qui tiennent encore...

Piliers à bras Piliers à bras Piliers à bras
Piliers à bras

Notes Des piliers à bras...qui vont tomber

Piliers à bras Piliers à bras
Piliers à bras

Notes Des piliers à bras...qui sont tombés. Et en général le ciel suit avec, cela donne des désordres assez impressionnants.

Fevrier 1895
Fevrier 1895
1888 - Charpentier
Charpentier
Dhuis
Dhuis

Notes Ce dernier nom aurait il un rapport avec l'aqueduc ?

Piliers de soutien Piliers de soutien
Piliers de soutien
Renforts
Renforts
Benne
Benne
Squatt
Squatt

Notes Un squatt avec du ciel tombé ? Une certaine idée de la cataphilie...

Vers la Seconde Masse
Vers la seconde masse
Tunnel de seconde masse Tunnel de seconde masse Tunnel de seconde masse
Tunnel de seconde masse
Seconde masse Seconde masse Seconde masse Seconde masse
Seconde masse

Notes Ce tunnel s'enfonce doucement tout en longueur vers la seconde masse, plus on progresse et plus le tunnel est déformé, parfois le mur a éclaté laissant apparaître des cristaux de gypse, au fond l'accès est totalement effondré.

La seconde masse est littéralement écrasée par le poids de la première, les galeries éclatent par la pression, cela donne un paysage apocalyptique en plus d'une atmosphère d’étouffement.

Double voûtes
Double voûtes
P&C
P&C
Louis Dorard
Louis Dorard
Le Pilier
Le Pilier
Sol fragile
Sol fragile
Effondrement
Effondrement
Trou
Trou

Notes Le Pilier : Il ne reste plus que lui debout...Notez qu'il ne touche même plus le ciel.

Sol Fragile : L'enfoncement du pilier dû à une trop forte pression a fait craqué le sol. Si on prend a droite il y a un énorme fontis sur tout le ciel.

Effondrement : C'est l'un des endroits les plus impressionnants, c'est un fontis de seconde masse qui a percé en première masse : c'est un sacré effondrement ! Il y a un autre trou juste derrière, si bien que l'un rejoint l'autre "par en dessous". On aperçoit alors le niveau de remblai sur lequel nous marchons et surtout le faible recouvrement se trouvant sous nos pieds !

Trou : C'est le même effondrement, c'est un trou énorme comme on peut le voir, d'une dizaine de mètres de longueur au moins.

Effondrement Effondrement
Effondrement

Notes C'est le même phénomène que précédemment, le ciel de seconde masse s'est effondré atteignant le sol de la première. Celui-ci est par contre beaucoup plus important, tout est "en vrac" la galerie est sans dessus dessous. En seconde masse ? Il ne vaut mieux pas y penser.

Tunnel
Tunnel
Plâtrière Plâtrière Plâtrière
Plâtrière

Notes C'est un tunnel de jonction entre la plâtrière et peut être une autre sortie de la carrière. Malheureusement la galerie n'est pas accessible.

Voici divers bâtiments et notamment le bâtiment principal tout en longueur qui représente l'ancienne plâtrière, et un peu plus loin un autre bâtiment dont on ignore sa fonction, aujourd'hui démoli.

Carrière Quincloux

Traces de rails
Traces de rails
Croisement
Croisement
Consolidations
Consolidations
Effondrement
Effondrement

Notes Il s'agit d'une galerie de raccord (non terminée ?) creusée en troisième masse qui devait rejoindre le port, ce n'est pas bien grand et effondrée au bout.