“ Les Houillères du Dauphiné ”

Il s'agit d'un dossier sur les anciennes houillères du Dauphiné, centré autour de la ville de la Mure en Isère et plus particulièrement sur le plateau de la Matheysine, on y a exploité un charbon de qualité : l'anthracite.

Rien ne présumait à première vue d'une quelconque exploitation ici, perchée à 900m d'altitude, loin de toute grande ville et aux conditions d'accès difficile. Pourtant il s'agit du gisement houiller le plus important des Alpes Françaises, délimité dans un petit périmètre de 6km d'Est en Ouest et de 12km du Nord au Sud.

Le premier texte parlant d'exploitation minière est daté de 1261. Le charbon est exploité de manière artisanale du 17ème au 18ème siècle avant de l'être intensément à partir de de la fin du 19ème siècle pendant la révolution industrielle.

On exploite deux gisements d'anthracite différents :

Ces gisements sont divisé en 5 couches avec des puissances différentes (de haut en bas) que l'on retrouve dans les deux champs d'exploitation :

On exploite le minerai en souterrain à partir de galeries à flanc de coteau soit par puits.

Les premières mines sont ouvertes à La Motte d'Aveillans, directement à flanc de coteau. Les premières concessions sont attribuées dés 1806, sous l'accord de Napoléon, les trois principales (Peychagnard, La Grand’Raye, Les Béthoux) se regroupent et forment la Compagnie des Mines d'Anthracite de La Mure en 1912.

Celle ci acquiert encore jusqu'en 1925 d'autres concessions et obtient un statut de quasi "monopole" (il n'y a qu'une société qui exploite du charbon) avant qu'elle ne soit regroupée, à la nationalisation sous le nom : Les Houillères du Bassin du Dauphiné (HBD). C'est alors l'époque d'une grande restructuration et modernisation. Il est décidé de creuser un nouveau puits, comme puits de concentration, le puits du Villaret. En 1956 le champs d'exploitation de La Motte d'Aveillans est abandonné au profit de celui du Villaret, à cet endroit on estime à 50 millions de tonnes les réserves du sous sol.

En 1969 les Houillères du Dauphiné sont rattachées aux Houillères du Bassin du Centre Midi (HBCM)

La fin de l'exploitation est le 20 Mars 1997 au puits du Villaret.

Quelques chiffres :

Sources :

Un petit rappel

On parle de "niveaux" pour l'accès aux différents chantiers. Ces niveaux sont nommés du plus haut au plus bas.

Le terme "rasier" ou "razzier" désigne ici un terril.

Seulement trois "grands" puits ont été fonçés dans ce bassin :

  • Le puits Sainte Marie - La Motte d'Aveillans (1905)
  • Le puits des Rioux - Prunières (1942)
  • Le puits du Villaret - Susville (1948)

Nous allons voir chaque installation en détails.

Puits du Villaret

Le puits est fonçé selon la méthode de congélation des sols (les 60 premiers mètres), à partir de 1948, il a un diamètre de 6,5m et descend à -260m de profondeur avec trois accrochages, il sert pour le matériel et l'extraction. Il est terminé à partir de 1950, il dessert les niveaux 15 et 17.

Le charbon est ensuite remonté au jour par un plan incliné de 15 degrés nommé "Plan Richard" qui débouchait au niveau du lavoir.

Puits du Villaret
Puits du Villaret
Bâtiment d'extraction
Bâtiment d'extraction
Halle à charbon
Halle à charbon
Puits du Villaret
Puits du Villaret

Notes Le bâtiment à gauche à l'écart du chevalement est l'ancienne halle à charbon datant du 19ème siècle.

Passage de câbles Passage de câbles
Passage de câbles

Notes Le premier passage de câbles est pour les grandes molettes, le second pour le treuil de secours.

Puits du Villaret Puits du Villaret Puits du Villaret Puits du Villaret
Puits du Villaret

Notes En toile de fond c'est le sommet de l'Obiou. C'est un paysage magnifique.

Machine d'extraction Machine d'extraction
Machine d'extraction
Indicateur de profondeur
Indicateur de profondeur
Poste de commande
Poste de commande

Notes Voici la très belle machine d'extraction, il s'agit d'un tambour cylindroconique. Bien que beaucoup de voleurs soit passés par là (l'ensemble du poste de commande a entièrement disparu ou presque), le site est encore dans un état satisfaisant et presque complet dans ses installations.

La machine est actionnée par un moteur CEM de 1120cv.

Indicateur de vitesse Indicateur de vitesse
Indicateur de vitesse
Ampèremètre
Ampèremètre
Signaux lumineux
Signaux lumineux
Machine d'extraction
Machine d'extraction
Indication de nettoyage
Indication de nettoyage
Câble
Câble
Machine d'extraction
Machine d'extraction
Convertisseurs Convertisseurs
Convertisseurs
Machine d'extraction
Machine d'extraction
Puits Puits
Puits
Cage
Cage
Treuil de secours
Treuil de secours

Notes Nous voici au niveau de la recette, côté décagement, les berlines pleines sortaient de ce côté. On peux voir les taquets de freinage et d'entraînement au niveau des rails.

Ce n'est pas frappant, mais on peux voir que le chevalement était de couleur verte avant, rien n'a été repeins ici.

Poste de contrôle
Poste de contrôle
Cufat
Cufat
Treuil auxiliaire
Treuil auxiliaire

Notes Derrière le cuffat il s'agit du puits de secours.

Poste de commande Poste de commande
Poste de commande
Culbuteur Culbuteur
Culbuteur
Chaînage
Chaînage
Demi tour
Demi tour
Puits
Puits

Notes Les berlines sont vidées grâce au culbuteur, puis refoulées (demi tour) et descendues à l'aide d'une chaîne vers le puits et de nouveau encagées.

Chaque cage porte un nom Est et Ouest.

Pelleteuse
Pelleteuse
Escaliers
Escaliers
Affiche sécurité
Affiche sécurité

Notes L'utilité de cette pelleteuse reste un mystère, sûrement pour vider correctement les berlines.

Galeries de niveaux

Galerie Henry Giroud Galerie Henry Giroud Galerie Henry Giroud Galerie Henry Giroud Galerie Henry Giroud
Galerie Henry Giroud

Notes La galerie porte l'inscription "Galerie Henry Giroud" elle est datée de 1897.

Puits des Rioux

Le puits est fonçé en 1942, il est appelé : Puits Henry de Reneville, en l'honneur du directeur de la Compagnie des Mines de La Mure (de 1890-1934). Après nationalisation il prend le nom de Puits des Rioux. C'est le puits le plus profond, (-400m) avec un diamètre de 4m il est destiné au matériel et au personnel (cage à 3 étages), il permet de desservir le Villaret et les galeries basses des gorges du Drac.

L'arrêt définitif du puits est en 1984.

En 2014 le chevalement subit des travaux de rénovation, il devrait être entièrement repeint.

Un grand merci à l'équipe de la Mairie pour l'accueil chaleureux et l'accord de visite.

Puits des Rioux Puits des Rioux Puits des Rioux
Puits des Rioux
Puits des Rioux
Puits des Rioux
Les molettes
Les molettes
Puits des Rioux
Puits des Rioux
Machine d'extraction Machine d'extraction Machine d'extraction Machine d'extraction
Machine d'extraction

Notes La machine d'extraction à tambour provient des ateliers Venot & Co, elle est équipée d'un moteur CEM de 380cv (en jaune).

Tambour
Tambour
Machine d'extraction Machine d'extraction
Machine d'extraction
Venot Cie
Venot Cie
Signaux
Signaux
Indicateur de profondeur
Indicateur de profondeur
Indicateur vitesse
Indicateur vitesse
Tableau électrique
Tableau électrique

Galeries de niveaux

Niveau 12 Niveau 12
Niveau 12 - Galerie des Rioux
Niveau 12 Niveau 12
Niveau 20 - Galerie de la Baume

Notes La galerie des Rioux servait uniquement pour l'aérage de ce niveau. Elle est foncée en 1949. Une inscription poignante peinte à l'entrée résume les conditions difficiles de l'exploitation.

La galerie de la Baume servait pour l'exhaure et l'évacuation du gaz carbonique. On arrive à peine à distinguer la voûte de l'entrée, derrière ce qui est une cheminée pour la vaporisation du gaz. Elle est foncée en 1975 sur 4,2 kilomètres.

Puits Sainte Marie

Puits Sainte Marie Puits Sainte Marie
Puits Sainte Marie

C'est le premier puits a avoir été foncé dans le bassin, à partir de 1902 et mis en service en 1905. Il atteint la profondeur de -217m. En 1930, au plus fort de l'exploitation, 405 000 tonnes sont extraites du puits.

Le puits tel qu'il existe aujourd'hui est une reconstitution au deux tiers de sa taille originale. Le puits d'origine a été démoli en 1959 trois ans après sa fermeture en 1956, provoqué par la mise en service de celui du Villaret quelques années auparavant.

Mine Image Mine Image Mine Image
Mine Image
Mine Image Mine Image Mine Image
Mine Image
Les 4 galeries Les 4 galeries
Les 4 galeries
Niveau 12 Niveau 12 Niveau 12 Niveau 12
Niveau 12

Notes Les 4 galeries Les 4 galeries sont au niveau 12.

Ces galeries sont numérotées et datées pour la plupart au fronton :

  • Galerie 12 Bis 1881
  • Galerie 12 1884
  • Galerie 12 1885
  • Galerie 12 1885

La galerie la plus à l'ouest est une galerie d'exploitation partant en direction de Notre-Dame-de-Vaulx. La plus à l'est joignait le puits Sainte-Marie et donc s'intégrait à l'exploitation à partir du Pontet. Les deux bouches centrales desservent la même galerie, formant une boucle ; elle furent utilisées notamment avec la balance-ascenseur pour travailler avec les différents ateliers de surface du Pontet. Source : Conseil Général de l'Isère.

Niveau 12 Niveau 12 Niveau 12
Niveau 12
Galerie
Galerie
Sécurité sociale minière
Sécurité sociale minière

Notes Cette galerie se trouve juste à côté des 4 galeries. Elle sert aujourd'hui de galerie piétonne pour passer sous la voie ferrée. Elle est datée de 1899.

En remontant, se trouvent d'autres ouvertures de galeries, sans aucune inscription qu'il est difficile d'interpréter.

Galeries de niveaux

Niveau 6 Niveau 6
Niveau 6 - Galerie du ruisseau des Ayes
Niveau 14 Niveau 14 Niveau 14
Niveau 14

Notes Seule la date gravée sur l'entrée indique la date de fermeture.

Au niveau 14, cette galerie sert d'exhaure pour les travaux du niveau 12, elle est datée de 1889.

Mine

Il s'agit d'une mine d'anthracite à trois entrées. Deux sont facilement accessibles, la troisième située plus bas est difficile, la galerie d'entrée est un trou de terrier mesurant à peine 50cm de haut qui avait l'air très peu intéressante mis à part quelques boisages. A côté il reste des vestiges mais il s'agit de murs en pierre qu'il est difficile de reconnaître aujourd'hui.

La première entrée donne dans un réseau minuscule qui est atteint au bout de 50m et dont vous pouvez voir des photos ici

La seconde entrée donne dans un réseau beaucoup plus grand échelonné sur plusieurs niveaux mais qui est censé être gazé par endroits et plus dangereux par sa stabilité. Ce réseau n'a pas été visité.

Canal
Canal
Galerie de roulage
Galerie de roulage
Boisages
Boisages
Pilier
Pilier
Boisages
Boisages

Notes Les couches sont inclinées à 70%.