“ Les charbonnages de Liège ”

Il s'agit d'un petit dossier sur une partie des charbonnages de Liège et en Pays de Herve.

Cette page regroupe les derniers vestiges miniers majeurs.

Charbonnage d'Argenteau-Trembleur

Année : 1779 - 1980 (31 Mars 1980)

Charbonnages d'Argenteau

Le charbonnage est situé à Blégny, au Nord-Est de Liège dans l'Avant-Pays de Herve. Il est installé en pleine campagne à une centaine de mètre au dessus du niveau de la Meuse. A cet endroit, les couches de minerai sont peu profondes, voire même affleurantes par endroit, on a exploité un charbon riche, l'anthracite, sur plusieurs veines d'une épaisseur variable de 30cm à 1m, dont la plupart sont inclinées.

Charbonnages d'Argenteau

On a commencé l'exploitation charbonnière dés le 16e siècle, ce sont les moines de l'Abbaye de Val-Dieu, alors propriétaire du terrain, qui sont les premiers à faire creuser le sol, la première concession, Trembleur, est accordée à Gaspard Corbesier en 1779. Elle est ensuite raccordée à sa voisine d'Argenteau en 1883. Les deux concessions totalisent 879ha.

Malheureusement en 1887 la société est mise en liquidation et pendant 30 ans toute l'activité cessera. En 1919, Charles de Ponthière et Alexandre Ausselet fonde une nouvelle société charbonnière : la Société Anonyme des Charbonnages d'Argenteau Trembleur, est crée. Malgré une production grandissante (10 000t/an), elle sera stoppée par la Première Guerre Mondiale et remontera doucement en 1931 (84 000t/an).

La Seconde Guerre entraîne la destruction du puits 1 et du lavoir, toute l'extraction se fait par le puits Marie à une cadence beaucoup plus faible. De 1942 à 1948 le puits 1 et le triage-lavoir sont reconstruits en béton. En 1970 le charbonnage atteint sa capacité maximale de production avec 232 000 tonnes de charbon avec 680 mineurs.

Charbonnages d'Argenteau

En 1975, le Comité Ministériel de Coordination Économique et Sociale, décide l'arrêt des subventions envers les charbonnages Wallons. A Liège les charbonnages ferment les uns après les autres. Peu avant sa fermeture définitive, en 1980, il avait été convenu de conserver le site, il est alors racheté par la Province de Liège et seulement deux mois après sa fermeture, il est ouvert au public. Le puits 1, toujours fonctionnel, permet de visiter à -30m et -60m les anciennes galeries accompagné d'un mineur et de découvrir, à la remontée, l'étage de la recette.

Le site accueille également depuis 2003, le CLADIC (Centre Liégeois d'Archives et de Documentation de l'Industrie Charbonnière) qui regroupe toutes les archives sur les mines liégoises.

Le siège d'Argenteau est le dernier à avoir fermer dans le Bassin de Liège, le 31 mars 1980. Les deux puits sont noyés à la profondeur de -170m aujourd'hui, et protégé par un bouchon de béton.

Plusieurs puits ont été foncés, précédent ceux du site de Blegny :

  • Le puits des Trois Frères (Trembleur)
  • Le puits Urbain (Saint-Rémy)
  • Le puits Bouhouille (Saint-Rémy)
Sources :
  • Blegny-Mine

Je tiens à remercier l'équipe de la Mine de Blegny qui nous a accueillis et permis de faire ses photos. Je pense particulièrement à Michel, pour sa gentillesse, sa simplicité et son extrême envie de nous faire partager son monde, ses anecdotes et son passé de mineur. Toutes les photos dans les bâtiments ainsi que dans les galeries souterraines sont en conformité avec la politique de Blegny-Mine ASBL et la charte de ce site. Merci donc de les respecter et de ne pas les utiliser de quelconque manière que se soit.

Le site de Blegny-Mine est ouvert au public, plus d'informations sur le site officiel Blegny-Mine

Blegny-Mine ASBL
Rue Lambert Marlet, 23
B-4670
BELGIQUE
Charbonnages d'Argenteau Charbonnages d'Argenteau Charbonnages d'Argenteau Charbonnages d'Argenteau
Charbonnages d'Argenteau
Charbonnages d'Argenteau Charbonnages d'Argenteau Charbonnages d'Argenteau Charbonnages d'Argenteau
Charbonnages d'Argenteau
Charbonnages d'Argenteau Charbonnages d'Argenteau Charbonnages d'Argenteau
Charbonnages d'Argenteau

Notes Une vue globale du site avec le triage-lavoir, le puits 1, le terril en fond et le puits Marie (à peine visible) au bout de la route.

Triage-Lavoir Triage-Lavoir Triage-Lavoir Triage-Lavoir
Triage-Lavoir

Notes En attente d'un nouveau triage-lavoir, un triage manuel est installé sur le site. Le triage-lavoir terminé en 1946, il est agrandi en 1948, puis en 1956 (Evence-Coppée). Le triage se fait d'abord à l'argile, puis à la magnétite (1956). En 2000 il est restauré.

Puits 1
Puits 1
Puits 1
Recette jour
Signalisation
Signalisation

Notes La tour d'extraction du puits 1 est foncé dés 1920 reléguant ainsi le puits Marie à un puits d'aérage. Il atteint la profondeur de -530m. En 1940, en pleine Seconde Guerre Mondiale, l'armée belge détruira la tour d'extraction afin d'éviter que celle-ci ne tombe aux mains des Allemands. Elle est finie d'être reconstruite en Mai 1944. Elle est équipée avec une poulie Koepe.

Recette +12 Recette +12
Recette +12
Puits
Puits

Notes Nous remontons directement à la recette berlines (recette +12) avant de terminer le reste à pied vers la machine d'extraction.

Machine d'extraction Machine d'extraction Machine d'extraction
Machine d'extraction
Cuffat
Cuffat

Notes Il n'y a pas à dire c'est une belle machine et encore en état de marche, la seule en Belgique.

Colonne de profondeur
Colonne de profondeur
Indicateur de profondeur
Indicateur de profondeur
Câble
Câble
Signaux sonore
Signaux sonore
Signalisation
Signalisation
Ampèremètre / Voltmètre
Ampèremètre / Voltmètre
Machine d'extraction
Machine d'extraction
Machine d'extraction
Signalisation
Poste de commande
Poste de commande
Contrepoids
Contrepoids

Notes Derrière les contrepoids se trouve la molette de contrainte.

Recette Recette Recette
Recette

Notes Nous voilà revenu à la recette des berlines (+12m) côté décagement.

A noter que la recette sera couverte qu'à partir des 1970, avant elle était à ciel ouvert.

Vidange
Vidange
Culbuteur
Culbuteur
Wagonnet
Wagonnet

Notes C'est ici que les wagonnets sont vidés, soit par un culbuteur, soit directement dans une trémie pour les wagonnets qui sont équipés de trappe permettant l'ouverture du bas de leur caisse.

Trainage Trainage Trainage
Trainage
Dispatch Dispatch
Dispatch
Nettoyage wagonnet Nettoyage wagonnet
Nettoyage wagonnet

Notes Les pierres et le charbon sont triés, les pierres partent vers la mise à terril, et le charbon vers le triage.

A la remontée, le charbon souvent mouillé, restait collé au fond des wagonnets, et il en résultait une capacité de chargement moindre à la prochaine remontée. Un nettoyeur à wagonnets, qui permet de vider complètement le wagonnet est installé en 1964.

Triage
Triage
Wagonnet
Wagonnet
Crible Crible
Crible
Trémies
Trémies

Notes Le triage est effectué manuellement, on élimine les derniers stériles (Cf: Wagonnet, situé sous le triage), puis le charbon est calibré et tombe dans ses énormes trémies (Cf: Trémies).

Au triage, le charbon est trié en fonction de sa granulométrie. On distingue les 0-6 mm, 6-12mm, 12-22mm, 22-30mm, 30-50 mm.

Noria Noria Noria Noria
Noria

Notes Le charbon est ensuite élevé par des norias pour y être lavé.

Bande transporteuse Bande transporteuse
Bande transporteuse
Poêle
Poêle
Lavage
Lavage
Trémie
Trémie
Essoreuse
Essoreuse
Michel
Michel

Notes En 1966 une essoreuse est installée au lavoir.

Merci à Michel, notre guide, et aujourd'hui l'un des derniers mineurs existants.

Puits Marie

Puits Marie Puits Marie Puits Marie Puits Marie
Puits Marie

Notes Le puits Marie l'Espérance est fonçé en 1849, il atteint la profondeur de -236m. Les 60 premiers mètres furent creusés à la main.

Le puits aurait été nommé selon la fille de Gaspar Corbesier, Marie.

Le bâtiment du puits Marie accueille aujourd'hui un musée où l'on pourra découvrir le puits, la lampisterie, la salle des compresseurs, les ventilateurs, les douches, bureaux et l'infirmerie.

Puits Marie Puits Marie Puits Marie
Puits Marie
Signalisation
Signalisation
Lampisterie
Lampisterie
Vestiaires
Vestiaires
Code de communication
Code de communication
Salle des compresseurs Compresseur Compresseur
Salle des compresseurs
Salle électrique
Salle électrique
Machine à tin Machine à tin Machine à tin
Machine à tin

Notes Cette machine permet de découper les futurs étançons de bois pour étayer la mine.

Terril Treuil
Mise à terril

Notes Une nouvelle mise à terril est construite à partir de 1943, elle est équipée de skips. Un second terril est alors entrepris, en partie sur l'ancien..

Mise à terril Mise à terril Mise à terril Mise à terril
Mise à terril

Charbonnage du Bas Bois

Année : 1860 - 1970 (Octobre 1970)

Compagnie : SA des Charbonnages du Hasard de Micheroux

Le charbonnage du Maireux est sans doute le plus ancien charbonnage, un document indique qu'en 1580 on autorise l'exploitation d'une concession sur un terrain avoisinant, il est alors exploité par la famille Crahay. Mais c'est véritablement dés le XIXe siècle, pendant l'essor de la révolution industrielle, que la petite société familiale va prospérer. En 1835 la Société civile du Maireux-Bas Bois est crée, puis en 1860 elle devient SA des Charbonnages de Maireux et Bas Bois. Finalement en 1930 elle est rachetée part la société du Hasard.

En 1860 donc, la société commence le fonçage d'un nouveau puits d'extraction sur le site du Bas Bois, on creuse sans interruption jusqu'à -350 mètres, mais c'est à -242 que la veine Fecher est reconnue et c'est celle-ci qui sera exploitée. On creuse également un autre puits qui servira de ventilation. On construira également par la suite : ateliers, centrale électrique, forge, salle des machines, bureaux, lampisterie, réfectoire, dortoir et douches.

Avec le rachat par la société du Hasard, le réseau de galerie est connecté, le minerai est alors ressorti directement sur le site du Hasard, le puits du Bas Bois ne sert plus alors, qu'à la descente et remontée des hommes.

Sources : http://www.soumagne.be

Le site est classé depuis 1992 et à fait l'objet d'une complète rénovation.

Bas Bois Bas Bois Bas Bois
Bas Bois
Reflets
Reflets

Notes La Belle Fleur était à l'origine en bois, puis s'est modernisé avec le temps en revêtant une structure métallique.

Bas Bois Bas Bois Bas Bois Bas Bois
Bas Bois
Machine d'extraction
Machine d'extraction
Moteur
Moteur
Poulie
Poulie
Frein
Frein

Notes C'est une belle petite machine d'extraction à bobine.

On peut voir que l'un des poussards rentre directement à l'intérieur du bâtiment d'extraction.

Amperemètres-Voltmètres
Amperemètres-Voltmètres
Armoire électrique
Armoire électrique
Leviers armoire électrique
Leviers armoire électrique
Signalisation
Signalisation
Levier
Levier
Leviers
Leviers

Notes Les leviers servent au machiniste pour la descente ou la remontée de la cage dans le puits.

Hasard
Hasard
Téléphone
Téléphone
Lampes de mines
Lampes de mines
Coccinelle
Coccinelle

Notes Cette plaque "Hasard" servait à marquer les briquettes.

Belle Fleur
Belle Fleur
Mise à terril
Mise à terril
Rails
Rails

Notes Nous allons voir maintenant la mise à terril.

Treuil
Treuil
Cable
Cable
Volant
Volant
Réservoir
Réservoir

Notes Lors de la modernisation des installations, c'est l'apparition des douches avec cabines individuelles, elles sont alimentées par un système de récupération des eaux contenu dans un réservoir.

Charbonnage du Hasard

Une page est consacrée au charbonnage du hasard ici.

Les puits du Hasard

Puits du Bas Bois
Puits du Bas Bois Extraction
Puits du Bas Bois
Puits du Bas Bois Retour

Notes La tombe indique : HASBB : Hasard Bas Bois, PE 570 m, 1971.

Puits Guillaume Puits Guillaume Puits Guillaume
Puits Guillaume

Notes Puits Guillaume, puits d'extraction et retour d'air, fraîchement posée fin 2014.

Grand Bure
Grand Bure
Vieux Bure
Vieille Bure
Retour d'air
Retour d'air

Notes Il s'agit du siège de Micheroux. Le puits Vieux Bure et Grand Bure sont les puits les plus profond du bassin (-913m). La dalle du puits de retour d'air est en train d'être posée.

Puits Saint Charles Puits Saint Charles Puits Saint Charles
Puits Saint Charles
Puits Sainte Anne Puits Sainte Anne Puits Sainte Anne
Puits Sainte Anne

Notes Le puits Saint Charles va enfin avoir une vraie tombe, celle du Saint Anne est en train de subir de nouveaux travaux.

Emplacement ventilateur
Emplacement ventilateur
Puits de Ventilation à Housse
Puits de Ventilation à Housse
Puits Rabosée Puits Rabosée
Puits Rabosée
Puits 1 Cheratte
Puits 1 Cheratte

Notes Ces puits font partie du siège de Cheratte. Les puits 1/2/3 sont visibles ici Charbonnage de Cheratte

Le puits de ventilation à Housse indique 32.60m 1976

Le puits Rabosée est perdu en pleine forêt, il a été un peu difficile de le retrouver, néanmoins le puits indique 62m78 1961.

Puits A la Machine
Puits A la Machine
Retour d'air Retour d'air
Retour d'air

Notes Il s'agit du siège de Melen. Quand on vous dit que les puits sont parfois difficile à retrouver : celle du retour d'air, il s'agit de trouver un bout de caillou dans un champs immense non défriché et partiellement enterrée, une véritable partie de plaisir, notamment sous la pluie. Pas de chance la tombe est cassée.

Puits du Rothys
Puits du Rothys
Puits de l'Espérance
Puits de l'Espérance
Oeil de galerie du fort de Fléron
Oeil de galerie du fort de Fléron
Puits du Maireux
Puits du Maireux

Charbonnage du bois de Micheroux

Charbonnage du bois de Micheroux
Puits Theodore Extraction
Puits Theodore Extraction
Puits Theodore Aerage
Puits Theodore Aerage
Berline
Berline

Notes Il n'y a qu'un seul puits pour ce charbonnage.

Charbonnage d'Ougrée-Marihaye

Siège n°1 Siège n°1 Siège n°1
Siège n°1
Vieille Marihaye Vieille Marihaye Vieille Marihaye Vieille Marihaye
Vieille Marihaye
Vieille Marihaye Vieille Marihaye Vieille Marihaye
Vieille Marihaye

Notes Il s'agit des anciens puits d'extraction du siège Vieille Marihaye (194204-194205) et de son puits d'aérage (194203).

Six-Bonniers Six-Bonniers
Six-Bonniers
Galerie minière Galerie minière Galerie minière
Galerie minière
Siège Collard Siège Collard Siège Collard
Siège Collard

Notes Ce bâtiment est le seul vestige d'époque du charbonnage.

Yvoz-Ramet Yvoz-Ramet
Yvoz-Ramet
Plaque commémorative
Plaque commémorative du Many

Charbonnage de Werister

Werister

A Romséee il existe déjà plusieurs petites houillères, mais c'est en 1827 que la houillère de Werister se démarque, en absorbant la concession Nooz-Donné et s'agrandit. Il faut attendre 1874 pour voir la création de la Société Anonyme des charbonnages de Werister.

En 1879 on installe une fabrique de boulets, destiné à l'usage domestique, puis une fabrique de briquettes avec marque déposée "W". Au fil des fusions et absorptions le charbonnage s'agrandit, la concession atteindra jusqu'à 4897 hectares en 1958.

En 1937 la production annuelle est de 620 000 tonnes de charbon, avec plus de 2000 mineurs. En 1967 le charbonnage est fermé.

Werister Werister
Werister
Bureaux
Bureaux
W
W

Notes Le bâtiment des Bureaux date de 1926. Après la fermeture du charbonnage, le site a été reconverti en plusieurs entreprises, aujourd'hui il accueille des PME.

Werister Werister Werister
Werister
Anciennes voies
Anciennes voies
Anciens batiments
Anciens bâtiments
Briquettes Werister
Briquettes Werister
Puits 2
Puits 2
Puits 3
Puits 3

Notes A ce jour il nous manque uniquement le puits 1 qui n'est pas bien localisé, pas très accessible.

Les autres puits de Werister

Bure Charles Bure Charles
Bure Charles
Puits Croix Rouge
Puits Croix Rouge
Puits Dubois
Puits Dubois
Puits Halles
Puits Halles

Notes Merci à Xavier Fer pour la photo du puits Croix Rouge.

Puits Homvent 1-2 Puits Homvent 1-2 Puits Homvent 1-2
Puits Homvent 1-2
Puits Herve 1
Puits Herve 1
Puits Onhons Aerage
Puits Onhons Aerage
Puits Onhons Extraction
Puits Onhons Extraction
Puits Sonkeu
Puits Sonkeu
Puits Saint Hadelin Belle Pierre
Puits Saint Hadelin Belle Pierre
Puits Saint Hadelin 1
Puits Saint Hadelin 1
Puits Saint Hadelin 2 Puits Saint Hadelin 2 Puits Saint Hadelin 2
Puits Saint Hadelin 2

Notes Nous ne sommes pas très sûrs de la localisation pour le puits 1.

Puits Soxhulse 1 Puits Soxhulse 1
Puits Soxhulse 1
Puits Soxhulse 2
Puits Soxhulse 2
Batiment extraction Soxhulse 2
Batiment extraction Soxhulse 2
Puits Trou d'homme Puits Trou d'homme
Puits Trou d'homme
Batiment des douches Xhawirs
Batiment des douches Xhawirs
Werister Werister
Werister
Puits des Xhawirs Aerage Puits des Xhawirs Aerage
Puits des Xhawirs Aerage
Puits des Xhawirs Extraction
Puits des Xhawirs Extraction

Quelques mot sur les autres puits : le puits Gerard se trouve chez un revendeur automobile, Bure des Areines : pas trouvé.

Charbonnage de l'Arbre Saint Michel

Puits Halette Puits Halette Puits Halette Puits Halette
Puits Halette

Les stations de démergement

Généralités

Le mot démergement n'existait pas il a fallu l'inventer. On peut le définir par l'action de remise à sec de ce qui était submergé.

Aujourd'hui cette action est également préventive et élargie à toutes causes pouvant provoquer des inondations.

Le démergement est principalement lié au développement de l'industrie houillère dans la région. Les principales causes d'inondations sont dues au déhouillement des veines non remblayées. L'effondrement des vides, à déclenché l'affaissement petit à petit (entre et 5 et 10cm/an) des terrains de surface durant des années, provoquant en amont et en aval de Liège d'immenses dépressions de 4 à 12m en moyenne, non négligeables.

Le réel danger réside dans le fait que le niveau de la Meuse est resté inchangé à Liège (ou le charbon n'a pas été exploité) mais que les points les plus bas de la vallée risquent d'être inondés continuellement (crue hivernale de 1925-1926). Un projet est alors mené par Hector Biefnot (1869-1936), directeur des travaux de la ville de Seraing, qui se nomme : le démergement. Son système d'évacuation des eaux est relayé en 1928 par la création d'une intercommunale appelée AIDE (Association Intercommunale pour le Démergement et l'Epuration) regroupant les principales communes touchées.

Ces communes sont :

  • En amont de liège
    • Rive gauche : Flemalle, Jemeppe, Tilleur, Sclessin
    • Rive droite : Seraing, Yvoz-Ramet, Angleur
  • En aval de Liège
    • Rive gauche :Herstal, Vivegnis
    • Rive droite : Jupille, Wandre, Cheratte
Les bureaux de l'AIDE

Mais outre ces communes publiques, chaque usine d'ordre privée, disposait également de sa propre installation de pompes mais dés lors où celle-ci est démantelée ou disparaît totalement, il revient à l'AIDE de démerger la zone, d'où la création de nouvelles stations.

Principes

La mise en route d'une station est dépendante du niveau de la Meuse. Le débit d'étiage est de 30 à 50m³/s. En temps normal à Seraing, le niveau de la Meuse est de 60m, à Angleur le niveau de l'Ourthe est de 59,50m à 60m. Depuis 1928 le niveau et débit du fleuve sont enregistrés. Les principales crues ont été enregistrées en : 1880, 1926, 1994.

Le démergement s'articule sur trois principes :

  1. - L'évacuation des eaux de ruissellement des collines et des plateaux directement vers la Meuse.

    Celle-ci s'effectue en canalisations (exutoires) vers des collecteurs gravitairement. Tous ces exutoires sont doublés. Ils sont au nombre de 5 en amont de Liège et 6 en aval. Les collecteurs sont aussi équipés de déversoirs à orage qui permettent de stocker une partie des pluies d'orage. Il y en a 11.

  2. - L'évacuation des eaux de plaine.

    Les eaux de plaine sont constituées des eaux de pluie, des eaux usées et les eaux d'infiltration de la nappe dans les caves. Ce système prévoit deux réseaux de collecteurs distincts :

    • Le réseau supérieur : collecte les eaux de pluie et usées par les égouts sous la voirie par gravité. En temps normal les eaux s'écoulent vers la Meuse, en temps de crue, les eaux sont déviées dans les puisards de stations de pompages principales et le refoulement au fleuve est fermée par des vannes. La station assure alors le refoulement de ces eaux vers le cours d'eau plus tard.
    • Le réseau inférieur : collecte les eaux de la nappe phréatique (donc au plus bas) et les redirigent vers les puisards de stations de pompage secondaires et les relèvent en permanence dans le collecteur supérieur de la station principale.
  3. - Le remblayage de la plaine

    Là où les terrains le permettent, c'est à dire vide et avant construction, il est question de les surélever pour atteindre le niveau maximum de crue. Les eaux circulent alors par des exutoires de plaine, et rejoignent la Meuse, sans pompage.

Dispositions

Chaque station construite doit faire face à plusieurs risques : aux mouvements de terrains et à la pression de la nappe. Pour cela les stations sont généralement formé d'un seul bâtiment monobloc construits en béton armé et ne possède aucune communication avec l'extérieur, en dessous du niveau de crue. L'accès à une majorité des stations sont d'ailleurs équipés d'escaliers extérieurs ou s'effectue au dessus de la voirie.

"L'exemple le plus significatif est celui de la station 01 à Wandre. En cinq ans, cet ouvrage est descendu de 1,90m en s'inclinant alternativement dans toutes les directions. Le bâtiment est toujours demeuré intact alors que les immeubles voisins ainsi que les abords immédiats de la station ont été sérieusement endommagés."

En amont de Liège, chaque station est équipé de puisards sous plancher et d'un groupe de motopompes (en général 6 pompes et 2 en réserve). Chaque pompe dispose d'une conduite d'aspiration relié à un puisard et de sa conduite de refoulement. Les pompes sont amorcées par une installation par le vide.

A cette fin, chaque station est munie d'une double installation. Pour éviter qu'une fois le vode obtenu, l'eau, qui remplit immanquablement le circuit d'aspiration d'air, n'atteigne les machines à vide, les tuyauteries en double circuit s'élèvent dans la tourelle à chaque station fonctionnant selon ce principe.

A l'intérieur de la station, les conduites de refoulement s'élèvent, en col de cygne, à un niveau qui restera supérieur, même après tous les affaissement miniers, à celui du fleuve en cru séculaire."

En aval de Liège, les puisards sont situés à côté des motopompes et sont amorcées gravitairement. de ce fait il n'y a pas de tourelle et les installation se mettent en marche automatiquement et ne nécessitant pas de personnel.

Les stations de pompages secondaires sont plus petites et ne disposent en général que de deux pompes et deux puisards (une en secours) mais s'enfoncent plus profondément pour atteindre la nappe. Les pompes sont amorcées par la montée des eaux dans le puisard.

Patrimoine

Les édifices sont construits sur trois grandes périodes :

  • Les années 1930

    Il s'agit des premiers ouvrages, souvent d'aspect assez brut, et caractérisé par des formes simples ponctué par quelques détails décoratifs comme les tourelles, la nomination ou la ferronnerie.

  • Les années 1940-1950

    Le béton se camoufle derrière des murs de briques de briques rouge et jaune, les bâtiments s'allongent en largeur ou dans la hauteur avec souvent de grandes baies. L'aspect général est très rectiligne.

  • Les années 1950 a nos jours

    En fonction du type d'amorçage, les tours disparaissent, les stations parallélépipèdes ou cubiques s'intensifient, les soubassements en moellons commencent à apparaître. Seule la station de pompage de Cheratte 1 a été construite après 1990 et plus proche de nous en 2017, la station de Sclessin 21.

Outre les outrages du temps il est a déplorer le vandalisme que peut subir les grandes façades de bâtiment (SP Jemeppe 9, SP Angleur 12)

En amont de Liège il y a 17 stations principales et 13 stations secondaires et en aval 14 stations principales et trois stations de secondaires. Ce qui en fait 44 au total.

210 km de collecteurs, 16 exutoires (10 en amont et 6 en aval) et 25 bassins d'orage.

Sources :

Sources et données techniques : AIDE

Angleur 09 Angleur 09 Angleur 09 Angleur 09
Station Angleur 09
Angleur 10 Angleur 10
Station Angleur 10
Angleur 11 Angleur 11 Angleur 11 Angleur 11
Station Angleur 11
Angleur 12 Angleur 12 Angleur 12
Station Angleur 12

Notes Cette station a été mise en service en 1966. Elle est mise en service lorsque le niveau de l’Ourthe est supérieur à 60,85 m.

Angleur 13 Angleur 13
Station Angleur 13
Cheratte 01 Cheratte 01 Cheratte 01
Station Cheratte 01

Notes Cette station a été mise en service en 1995.

Awirs Awirs
Station des Awirs
Flémalle 02 Flémalle 02 Flémalle 02
Station Flémalle 02
Flémalle 03 Flémalle 03 Flémalle 03 Flémalle 03 Flémalle 03 Flémalle 03
Station Flémalle 03
Herstal 01 Herstal 01 Herstal 01 Herstal 01
Station Herstal 01

Notes Cette station a été mise en service en 1959.

Herstal 02 Herstal 02 Herstal 02
Station Herstal 02

Notes Cette station a été mise en service en 1966.

Herstal 03 Herstal 03 Herstal 03 Herstal 03
Station Herstal 03

Notes Cette station a été mise en service en 1973.

Jemeppe 05 Jemeppe 05
Station Jemeppe 05
Jemeppe 06 Jemeppe 06 Jemeppe 06
Station Jemeppe 06
Jemeppe 07 Jemeppe 07 Jemeppe 07 Jemeppe 07 Jemeppe 07
Station Jemeppe 07
Jemeppe 08 Jemeppe 08
Station Jemeppe 08
Jemeppe 09 Jemeppe 09 Jemeppe 09
Station Jemeppe 09
Jupille Jupille Jupille
Station Jupille 01

Notes Cette station a été mise en service en 1969. Elle est mise en service lorsque le niveau de la Meuse est supérieur à 57,80 m.

Sclessin 13 Sclessin 13 Sclessin 13 Sclessin 13
Station Sclessin 13
Sclessin 14 Sclessin 14 Sclessin 14 Sclessin 14
Station Sclessin 14
Sclessin 15 Sclessin 15 Sclessin 15 Sclessin 15
Station Sclessin 15
Sclessin 16 Sclessin 16 Sclessin 16 Sclessin 16
Station Sclessin 16
Sclessin 17 Sclessin 17
Station Sclessin 17
Sclessin 18 Sclessin 18 Sclessin 18
Station Sclessin 18
Sclessin 20 Sclessin 20 Sclessin 20 Sclessin 20 Sclessin 20
Station Sclessin 20

Notes Cette station a été mise en service en 2017.

Seraing 01 Seraing 01 Seraing 01 Seraing 01 Seraing 01 Seraing 01
Station Seraing 01

Notes Elle est mise en service lorsque le niveau de la Meuse est supérieur à 61,30 m.

Seraing 02 Seraing 02 Seraing 02 Seraing 02
Station Seraing 02
Seraing 03 Seraing 03
Station Seraing 03
Seraing 05 Seraing 05 Seraing 05
Station Seraing 05
Seraing 06 Seraing 06 Seraing 06
Station Seraing 06
Tilleur 11 Tilleur 11 Tilleur 11
Station Tilleur 11
Tilleur 12 Tilleur 12 Tilleur 12
Station Tilleur 12
Vivegnis 01 Vivegnis 01 Vivegnis 01 Vivegnis 01 Vivegnis 01
Station Vivegnis 01

Notes Cette station a été mise en service en 1978.

Vivegnis 01 Vivegnis 01 Vivegnis 01 Vivegnis 01 Vivegnis 01
Station Vivegnis 02

Notes Cette station a été mise en service en 1973.

Wandre 01 Wandre 01 Wandre 01
Station Wandre 01

Notes Cette station a été mise en service en 1959.

Wandre 02 Wandre 02
Station Wandre 02

Notes Cette station a été mise en service en 1988.

Wandre 03 Wandre 03
Station Wandre 03

Notes Cette station a été mise en service en 1977.

Wandre 04 Wandre 04
Station Wandre 04

Notes Cette station a été mise en service en 2007.

Wandre 05 Wandre 05 Wandre 05 Wandre 05
Station Wandre 05

Notes Cette station a été mise en service en 1968.

Wandre 06 Wandre 06
Station Wandre 06

Notes Cette station a été mise en service en 2009.

Yvoz Ramet 07 Yvoz Ramet 07 Yvoz Ramet 07
Station Yvoz Ramet 07