“ Les carrières de l'Yonne ”

Il s'agit d'un dossier sur les souterrains du département de l'Yonne, plus spécifiquement les carrières, que j'ai découpé en deux grandes parties :

Nous allons voir que la géologie du département est comparable au même titre que celui du bassin parisien : c'est un bassin sédimentaire, où se sont déposés successivement des couches de marnes, calcaires, sables, craies et argiles.

Elle est située dans toute la partie Nord du département(Le Gatinais, la Puisaye, la Champagne Crayeuse et le Pays d'Othe), ce sont de vastes plateaux crayeux formées au Crétacé supérieur, qui sont aujourd'hui principalement utilisé pour l'agriculture.

On a extrait la pierre au travers de nombreuses crayères souterraines et plus rarement à ciel ouvert (Saligny), il est difficile de dater précisément un début d'extraction. La craie a majoritairement servi à la construction, on l'a retrouve dans beaucoup d'habitations de la région, mais également dans certains monuments.

La craie blanche affleure presque partout recouverte ca et là de blocs erratiques de grès à ciment siliceux, débris d'une couche de sables agglomérés, démantelée par l'érosion : c'est le Sénonais, préface de la Champagne pouilleuse, qui succède au pays d'Othe.

Le plateau a une surface mamelonnée et parfois très accidentée. L'érosion a profondément fouillé et sculpté le sol qui est sillonné de vallons, de ravins, de fondrières. De place en place sur les flancs crayeux des coteaux s'ouvrent de larges anfractuosités aux pentes rapides évasées en forme de larges entonnoirs qui portent dans le pays le nom de crocs.

Murs construits avec des moellons en craieLes excavations, sont de toutes les tailles : de la petite grotte, d'un début d'exploitation, à de la véritable carrière.

Nous allons nous rendre compte dés le début que la craie affleure dés la surface, il n'y a qu'à regarder dans les champs pour s'apercevoir que cette pierre est omniprésente. En souterrain, l'exploitation y a été facilité : pas la peine de creuser en profondeur pour atteindre le banc convoité, il y a très peu de recouvrement alors que l'on a parfois exploité très profondément.

Située dans toute la partie Sud (Plateaux de Bourgogne) ce sont des terrains beaucoup plus vallonnés, formés par le Jurassique supérieur, où l'on trouve bois et surtout vignobles.

La plupart des carrières sont très anciennes, pour situer, disons que l'on a commencé l'extraction de la pierre entre le XVIIIème siècle et la moitié du XXeme et rares sont celles qui ont été exploité mécaniquement. Abandonnées depuis des années, les seules occupants aujourd'hui sont les chauves souris, et il y en a beaucoup ! Faites donc attention de ne pas les déranger en période d'hibernation.

Sources :

Les Carrières de Craie

Caves Saint Nicolas

Sur le chemin pour aller dans l'Yonne arrêtons nous à Montereau (Seine et Marne) il y a là des caves médiévales taillés dans la craie, datant du XVème siècle. Les Caves Saint Nicolas (nom issue de la paroisse) sont plusieurs petites excavations qui ont donc, servi de caves pour les vignerons avant de les expédier par voie fluviale.

Les caves sont très petites et ne sont pas connectées, leur intérêt est assez limité, malgré tout leur architecture est bien développée : galeries voûtées, souvent maçonnées en ogive et composées d'arches en moellons.

Malgré le fait que ces caves soient inscrites aux monuments historiques rien n'est fait pour les mettent en valeur, pas de visites, ni même d'entretien, elles sont juste fermées par des grilles, résultat : elles deviennent des poubelles, c'est regrettable.

Entrée
Entrée
Cave
Cave
Arches
Arches
Voutes en ogive
Voutes en ogive
Four
Four
Carriere Carriere Carriere
Carriere

Les souterrains de Vinneuf

Ce sont de petites excavations, creusés de manière artisanale, dans un banc de craie plutôt poudreux et comportant peu de silex.

Quand on parle de carrières, celles-ci sont bien connues de la ville, on les mentionnent déjà en 1858 : "Il y a une série de carrières anciennes et modernes dans lesquelles on tire du moellon sur une hauteur de 15m, c'est une craie très blanche, massive, fendillée, qui se délite facilement, les silex manquent complètement, on y trouve quelquefois le Belemnites micronautus."

Le village était un véritable "gruyère" autrefois, il y avait de nombreuses caves à l'intérieur des maisons qui rejoignaient des bouts de carrières. Cela a même causé des effondrements en ville.

Aujourd'hui une grande majorité a été rebouchée.

Sous sol crayeux
Sous sol crayeux

Notes Première constatation, la craie affleure littéralement du sol, nous verrons que c'est un cas général

Cavage
Cavage
Entrée
Entrée
Cavage
Cavage
Abri
Abri

Notes On notera au passage que les entrées sont maçonnées, l'une d'entre elle comporte même une grille, et pour anecdote on trouvera même de vieilles copies d'écoliers, mauvais souvenirs à oublier ?

Entrée
Entrée
Etroiture
Etroiture
Connexion
Connexion
Front de taille
Front de taille

Notes Celle-ci est l'exploitation la plus intéressante, elle est la plus développée en longueur. Il faut passer par des passages étroits (Cf: Etroiture) pour déboucher dans une petite exploitation, qui comporte trois galeries parallèles d'un vingtaine de mètres.

Galerie
Galerie
Pommes de terres
Pommes de terres
Tonneaux
Tonneaux
Sortie
Sortie

Notes Près de l'entrée, les gens du village y stockent quelques pommes de terre et betteraves.

Cavage
Cavage
Entrée
Entrée
Verdoiement
Verdoiement
Déformée
Déformée

Notes Près de l'entrée la craie prend des couleurs étonnantes !

Cavages
Cavages

Notes Aucun intérêt dans cette dernière.

La Carrière de Michery

Il s'agit de la carrière dit de Chalopin à Michery, également écrit Micherie dans certains livres, c'est une grande carrière de craie exploitée de manière industrielle comme citée dans un document de 1802 : "Ces dernières sont remarquables par la manière industrieuse dont elles sont exploitées. La voûte très unie est soutenue de distance en distance, par des piliers triangulaires, au milieu est une voie assez grande pour qu'une voiture attelée de quatre à cinq chevaux y puisse circuler et tourner facilement."

Elle est également mentionnée "Elles entament la colline sur une étendue d'environ 500m et l'une d'elles fort ancienne pénètre dit on dans l'intérieur de la colline jusqu'à 4km de distance de l'ouverture, les galeries fort larges permettent aux voitures de circuler dans leur intérieur, les piliers qui les séparent préviennent de la chute de la voûte cependant en 1807 il arriva un assez grand éboulement des parties supérieures. La craie d'un beau grain se taille bien et résiste à la gelée quand elle est employée sèche, aussi est elle estimée et expédiée assez loin. Les silex sont en général bleuâtres à la surface et quelques fois grisâtres et comme corrodés, souvent ils sont symétriques par rapport à un plan."

Carrière de Chalopin
Carrière de Chalopin
Entrée
Entrée
1807
1807
Champignonniere
Champignonniere

Notes A l'intérieur de la carrière, l'événement de 1807 est inscrit sur un pilier.

Ici une petite partie a été ré-utilisée en champignonnière, c'est le seul exemple (en sacs) que j'ai pu voir.

Puits d'aération
Puits d'aération
Gradins Gradins
Gradins
Galerie
Galerie

Notes La carrière est exploitée en gradins, on y extrait de petits blocs, par rangée de 20 en hauteur sur 17 en largeur (le chiffre varie en fonction des galeries, c'est une moyenne).

Sur un pilier on peut même voir les chiffres inscrit, indiquant le niveau de la taille.

Au ciel on retrouve quelques noms de carriers, un certains Emile Paulard, (qui a d'ailleurs voulu qu'on se souvienne de lui puisqu'il l'a écrit partout), daté de 1869 et d'un Victor de 1873, pas bien loin.

Craie noire
Craie noire
Galerie de recherche
Galerie de recherche
Sortie de secours
Sortie de secours

Notes Malheureusement plusieurs incendies ont noirci certaines galeries près de l'entrée, et des graffitis non d'époque, ont recouvert les murs, c'est vraiment dommage.

Cette galerie de recherche est taillée directement dans la craie, elle est en forme d'ovoide, très peu haute, mais assez longue, elle débouche sur une autre partie de carrière.

Galeries
Galeries
Gradins
Gradins
Galeries
Galeries
Front de taille
Front de taille

La carrière à Serge

Sur le chemin de notre prochaine carrière, il reste quelques "ouvertures" transformées en garages, et d'autres en forêt, moins intéressante.

Garages
Garages
Puits
Puits
Trou
Trou
Craie
Craie

Il s'agit de deux petites carrières accessible par puits. Il faut obligatoirement du matériel sur corde pour pouvoir visiter.

Ce sont des exploitations gigantesques de hauteur, il n'y a pas de galeries, ce sont juste de très grands puits (Du moins pour celle que j'ai vu).

Le carrier commence par creuser un puits carré d'environ 1m de diamètre, jusqu'à rencontrer le banc de craie, puis il va creuser sur les côtés et s'enfoncer en profondeur, pour schématiser cela prend la forme d'une bouteille, le goulot serait le puits d'accès.

Pelouse crayère
Pelouse crayère
Carriere 1 Carriere 1
Carriere 1

Notes Sur le chemin, la craie affleure des champs.

Le premier puits est constitué de deux entrées, les agriculteurs du coin en profitent d'ailleurs pour déverser leurs ordures...

Carriere 2
Carriere 2
L'escalier de feu
L'escalier de feu
La descente
La descente
Escalier taillé
Escalier taillé

Notes Nous voici dans la suivante, on dépasse les 30 mètres de haut ici. Au fur et à mesure que le carrier descend il creuse également des marches, bien plus pratique pour la remontée, mais ces marches sont vraiment très pentues !

Le manque de matériel adéquat m'empêche, par prudence, de m'engager vers le bas. Mais on me dit qu'il n'y a rien d'autre à voir (les deux carrières ne communiquent pas), comme ca c'est réglé.

Ici (cf: Escalier taillé) il y a déjà un peu plus de silex, ils sont bien visibles par couches. Là aussi on a exploité par gradins.

Carriere 3
Carriere 3
Fontis
Fontis

Notes Dans la partie fontis à ciel ouvert, se trouve une autre exploitation, une partie des escaliers est encore visible, et en levant la tête on voit encore le puits d'extraction (le troisième donc) mais cette partie est amenée à disparaître.

La carrière Poulain

Ce sont deux carrières séparées, perdue en pleine forêt, il faut vraiment savoir où chercher pour les trouver. L'une d'elle présente des volumes gigantesques, tandis que l'autre plus petite est plutôt préservée, dans les deux cas ce sont de très belles exploitations.

L'escalier
L'escalier
Le pont
Le pont
Double niveau
Double niveau
Serpaut
Serpaut

Notes Voici la première, on y accède de plusieurs façons, par une série de fontis arrivant au jour, ou ce qui semblait être une entrée "plus officielle", c'est à dire par un escalier taillé dans la masse qui descendait directement dans la carrière. L'escalier zigzague, on suit d'abord un côté de galerie puis l'enjambe au moyen d'un "pont" (on a laissé un gros morceau de masse) puis redescend de l'autre côté. Chaque portion d'escalier fait 10 marches et donc 10 étages en gradins, excepté le pont qui semble droit.

Cette partie de la carrière envahie par la végétation est sublime, c'est une sacrée découverte !

Cette première partie se trouve au niveau supérieur, plus bas une galerie s'enfonce vers la carrière. On y verra même un bout de champignonnière en meules.

Carriere Poulain
Carriere Poulain
Entrée 2
Entrée 2
Puits d'extraction
Puits d'extraction
Carrière à jour
Carrière à jour

Notes Nous voici près d'une autre entrée, où se trouve également un petit escalier et juste au dessus un puits d'extraction (bouché, il y a un gros socle de béton qui le recouvre à l'extérieur). Notez qu'a côté de l'escalier se trouve une niche courbe qui rejoint l'extérieur, aucune idée de sa fonction.

Les carriers ont laissés leurs noms, E.Serpaut 1882, Poulain 1881 (on le retrouvera plus tard), P.L 1907, Masiot (Je ne suis pas sûr) 1907, Gorry 1909, Ragon.

Cavages
Cavages
Entrée
Entrée
Poulain
Poulain
Marcel
Marcel

Notes Voici l'entrée de la seconde carrière. On y retrouve d'autres noms de carriers ici et là : Verot 1847, Poulain / Edme 1804, Philippe Ruel ? Et Plus loin G.Henry, Bonne Bouche Marcel Sens 1 Mai 1904.

Escalier
Escalier
Volumes
Volumes
Puits d'extraction
Remblai
Front de taille
Front de taille

Notes C'est tout de suite plus impressionnant ! Les volumes sont totalement différents, on est dans de la démesure totale ! La hauteur du ciel atteint 15/20m dés l'entrée jusqu'à des chambres d'exploitations de 30 mètres.

Regardez la précision de ce quadrillage, le banc de craie est surdimensionné ici, c'est petit mais très très haut. Je vous laisse compter le nombre de blocs extrait !

Les escaliers taillés dans la craie, voilà ce qu'il faudra retenir des carrières du coin !

Passage
Passage
Puits d'aération
Puits d'aération
Croix
Croix
Troglo
Troglo

Notes Près du puits, les racines attestent que le recouvrement est très faible.

Près de l'entrée chacun a écrit son nom ou symbole, Colson Lucien 1991, Therial, Ferrieu. Et cette croix à béquilles, symbole à la base religieux (croix de Jérusalem) repris par les Scouts.

A l'extérieur se trouve de petits troglos.

La carrière de la Postolle

Je fais un arrêt rapide à la Postolle, il y a ici une carrière de craie, très facile à trouver, mais pas franchement intéressante. C'est par une grande entrée en cavage, que l'on pénètre dans la carrière, elle a également été exploitée en gradins et par la méthode de piliers tournés. Je ne m'attarde pas trop je ne suis pas très inspiré, on fait très vite le tour et la fin de journée abrège ma visite.

Cavage
Cavage
Galerie d'entrée
Galerie d'entrée
Pilier courbé
Pilier courbé
Gradins
Gradins
Puits d'aération
Puits d'aération
Sortie
Sortie

La carrière Dumont

Voici encore une petite exploitation, qui fût principalement exploitée sur toute sa hauteur.

Tranchée
Tranchée
Banc de craie
Banc de craie
Cavages
Cavages

Notes Cette carrière est complètement perdue, il faut savoir où chercher pour espérer la trouver. On y accède par une tranchée taillée directement dans la roche. Il y a un premier cavage, qui sert d'abri, le suivant est l'entrée de la carrière.

Le passage
Le passage
Galerie
Galerie
Extraction
Extraction
Les marches du Temps
Les marches du Temps

Notes Les hauteurs sont impressionnantes encore une fois, c'est d'ailleurs ce que j'ai vu de plus haut. La carrière pour schématiser est un rectangle, avec une galerie principale au centre, et de chaque côté des immenses chambres taillées tout en hauteur. Une seule de ces chambres est accessible.

C'est peut être moins parlant, mais c'est toujours exploité en gradins, d'une taille différente. On a laissé pas mal de masse au ciel, cette forme en "escalier" est surprenante ! Si on regarde bien le haut des galeries au ciel on y verra même des encorbellements.

1894
1894
Galeries inaccessibles
Galeries inaccessibles

Notes 1894 : C'est la seule date de la carrière. Voici deux vues des parties inaccessibles, celle de gauche est prise sous la galerie principale dont on le voit ciel donc, et celle de droite, prise de la galerie principale, d'ici on doit arriver à 40 mètres !

Entrée
Entrée
Taille
Taille
Inscription
Inscription

Notes Voici l'abri. Dans celui-ci et dans la carrière j'ai retrouvé une même inscription : "Margueritte James" dont l'une est datée du 19 juillet 1922.

Les souterrains à l'Ouest

Toujours sur les routes du département et en dessous...Cette fois-ci je m'attaque à la partie Ouest, mais il n'y a pas grand chose à voir par ici.

Blennes
Blennes
Valery
Valery
Nailly Nailly Nailly
Nailly
Carriere VDR
Carriere VDR
Front de taille
Front de taille
Entrée
Entrée
Piliers
Piliers

Voilà un beau front de taille, et une sacrée belle entrée ! Dommage qu'il ne s'agisse que de ca ! Le début de galeries ne s'enfoncent pas suffisamment en souterrain, alors que le banc de craie est ici très important.

Galerie verdoyante
Galerie verdoyante
Crèche
Crèche

Nous voilà à Brannay, il s'agit d'anciennes caves creusé directement dans la masse vraisemblablement par les gens du coin. Certes c'est très petit mais ce réseau possède la particularité d'avoir été taillé complètement manuellement, d'où cet aspect très brut, et déstructuré, il n'y a pas de galeries, on a malgré tout laissé en place plusieurs piliers, sans véritable alignement, on voit bien que c'est très artisanal.

Il y a pas mal de traces de silex dans la roche.

Cavage
Cavage
Triptyque
Triptyque
Caves de Brannay
Caves de Brannay
Piliers
Piliers

Notes Notez la petite niche à la base du pilier (Cf: Piliers).

Caves de Brannay Caves de Brannay Caves de Brannay
Caves de Brannay
Traces de taille
Traces de taille
Racines
Racines

Notes Dans un recoin on y trouvera même un stock important de vielles cassettes videos !

Les souterrains de Sens

Juste avant d'arriver à Sens, je fais un détour par Saligny, il reste là une belle carrière de craie à ciel ouvert, que la végétation tente de cacher.

Banc de craie
Banc de craie
Rognon
Rognon
Découpes
Découpes
Saligny
Saligny

Sens, bordé par l'Yonne, connue pour sa cathédrale, et beaucoup moins pour ses immenses falaises de craie, qui s'étendent à l'ouest de la ville, et ce quasiment, jusqu'à Pont sur Yonne.

Les carrières de Calcaire

Nous voici aux portes de la Forterre, deux carrières sont répertoriées ici dans ce petit village, malheureusement leurs accès est fermé.

Cavage
Cavage
Treuil
Treuil

Notes La deuxième carrière est au fond derrière de ce qui semble être un reste de treuil monté sur un petit wagonnet.

Les carrières de Courson

Il n'y a aucun doute à avoir concernant le sous sol de la ville, son nom le trahi, comme souvent dans les régions où l'on a extrait la pierre. Celle-ci est également très présente dans les habitations.

"Elles sont complètement souterraines et s'étendent sous un petit bois, leur entrée et les chantiers présentent la coupe suivante tant en dehors qu'à l'intérieur" :

  • Calcaire psolothique blanchâtre renfermant quelques fossiles : 1m50
  • Calcaire oolithique en très grande partie blanc en couches irrégulières fendillées : 3m50
  • Calcaire crayeux blanc, sans apparence de stratification seul exploité : 8m

"Le propriétaire auquel appartient le bois fait exploiter par une quinzaine d'ouvriers auxquels il donne de 1f95 à 2f95 par jour, depuis 1848 il vend la pierre à raison de 0f25 le pied cube. Les carrières se composent de deux parties dont l'une a été abandonnée en 1830. L'autre partie prend jour le long d'un grand éboulement arrivé en 1833 et qui a englouti la partie occidentale, il y a actuellement une grande galerie souterraine limitée par des piliers quadrangulaires de 3m50 de côté et diversement espacés entre lesquels se trouvent les divers ateliers."

Cette carrière est assez extraordinaire, les volumes sont énormes, on remarque les différentes tailles plus on progresse à l'intérieur : à l'entrée c'est assez brut, taillé en piliers tournés, et au fond plus industriel, taillé à la haveuse, on y découvre de grandes galeries, où l'on débitte des blocs par centaine et de plusieurs tailles.

Entrée Interdite
Entrée Interdite
Cavage
Cavage
Hague
Hague
Carriere de Courson
Carriere de Courson

Notes Entrée Interdite ? Pas de doute je suis sur le bon chemin !

L'immense entrée nous prépare à de grands volumes.

Carriere de Courson Carriere de Courson
Carrière de Courson
Entrée Interdite
Entrée Interdite
Les piliers du Monde
Les piliers du Monde

Notes Première remarque, les piliers sont numérotés (très joliment d'ailleurs) et encadrés en noir. Cette partie souterraine est la plus vieille, la partie qui s'est effondrée aux abords du coteau, laisse aujourd'hui rentrer la lumière, ces rayons lumineux et ces teintes jaune et verdoyante révèlent toute la beauté de la carrière : bref c'est très beau !

Front de taille Front de taille
Front de taille
Fardier
Fardier

Notes Nous voici sur un front de taille, on y remarque deux choses, d'abord au ciel, les marques noires des lampes à huile utilisées par les carriers pour s'éclairer, puis deux types de tailles pratiqués : à la lance dans la partie supérieure et à la haveuse au niveau du sol (cette partie a été ré-exploitée) Malheureusement la haveuse n'est plus là, mais il reste une sorte de fardier, en décomposition.

Au vue des encoches on y extrait de petites plaquettes de calcaire.

Gigantesque
Gigantesque !
Blocs
Blocs
Galerie
Galerie

Notes Plus loin et en se rapprochant du fond, la hauteur des galeries augmente encore, il reste des milliers de blocs, on a même sur-creusé le sol !

Les carrières de Molesmes

les carrières de Molesmes ont été exploitées du 18eme siècle jusqu'à la moitié du 20eme.

" Le calcaire est crayeux tendre, blanc et contient des grains oolithiques, des les 5 mètres exploités, il ne renferme aucune fissure ou veine calcaire et donne une pierre très estimée pour la taille et pour faire des mangeoires car il est moins gélif que celui de Courson, on pourrait y tailler des colonnes d'une seule pièce de 10m de longueur. Au dessus il y a sur 3 à 4m des bancs un peu plus dur qui ne sont pas exploités. Cinq maîtres emploient en moyenne 15 à 18 ouvriers pendant toute l'année, les carrières sont souterraines plus ou moins largement ouvertes à l'extérieur, on y laisse seulement de 8m en 8m des rangées de piliers de 2m de côté au plus, évidemment trop faibles ou trop espacés, aussi au commencement de 1847, fort heureusement au milieu de la nuit, est-il arrivé un grand éboulement à la suite duquel les deux premiers ateliers d'une des carrière ont été obstrués pendant quatre mois. La pierre des carrières de Molesmes est considérée comme la meilleure de celles qui peuvent contribuer à l'approvisionnement de la ville d'Auxerre et des localités avoisinantes (...)"

Molesmes
Le village de Molesmes
Cavage 1
Cavage 1
Fardier
Fardier
Hague
Hague
Front de taille
Front de taille
Epure
Epure

Notes Voici la première carrière, elle est assez petite.

Cavage 2
Cavage 2
Piliers tournés
Piliers tournés
Pilier de masse
Pilier de masse
Masse en pied
Masse en pied

Notes ...et voici la seconde, elle est beaucoup plus développée et nettement plus intéressante. Les volumes sont déjà plus grands, il y a beaucoup d'espace pour circuler. Dés l'entrée se trouve un énorme effondrement, qui borde toute la partie droite.

Front de taille
Front de taille
289
289
302-303-304-305
302-303-304-305
286
286

Notes Il reste encore beaucoup de blocs dans la carrière, ils sont tous numérotés à la sanguine. Sur certains on peut même lire une dimension (Cf: 289)

Front de taille
Front de taille
Courtet Florimon
Courtet Florimon
Dimensions
Dimensions

Notes D'ailleurs on peut voir les dimensions écrites de chaque bloc sur un pan de mur. Au vu des numéros, ces blocs ont été les premiers à être extrait, les seuls restants dans la carrière portent des numéros bien plus grands.

Dessin - Inscritpion
Dessin - Inscritpion
Carriers
Carriers

Notes Il y a plusieurs dessins certains à peine crayonné, il faut bien regarder pour les voir. On y trouve même de belles inscriptions : "Dubois Paul à Courson les Carrières, Maitre Carrier..." (je n'arrive pas à traduire le reste)

Cavage 3
Cavage 3
Puits de lumière
Puits de lumière
Blocs
Blocs
Puits de lumière
Puits de lumière

Notes Celle-ci n'est pas à Molesmes, on est sur le village d'à côté, mais bon... Mis à part ce magnifique puits on aurait aimé en voir un peu plus !

Les carrières Fourneaux

Ce sont plusieurs carrières ressemblant en tout point à celles de Molesmes, en beaucoup moins exploitées. Ce sont donc des volumes moins hauts, où il reste aussi quelques blocs.

Cavage 1
Cavage 1
Benne
Benne

Notes Il reste une belle benne à l'entrée de la carrière, et en état de marche visiblement.

Galerie d'extraction
Galerie d'extraction
Bloc
Bloc
Aiguille
Aiguille

Notes Près d'un front de taille il reste quelques blocs avec un "roule".

Les galeries sont assez sombre, pourtant en s'approchant du fond, le ciel brille de partout si on y regarde bien, c'est de la calcite laissé par l'eau il y a longtemps. Et tout au fond, des centaines de chauves souris également.

Pilier
Pilier
Galeries
Galeries
Chien
Chien
Traces de fardier
Traces de fardier

Notes La carrière est datée de 1877 à plusieurs endroits au ciel, et d'un carrier nommé Adolphe Chien.

Cavage 2
Cavage 2
L'entrée
L'entrée
Extraction
Extraction

Notes Voici la carrière suivante, très très petite.

Coin
Coin
Taille haveuse
Taille haveuse
Encoche
Encoche
Cric
Cric

Notes Il s'agit d'une petite exploitation, qui a été reprise à la haveuse, il reste encore un ou deux blocs déjà prêt. Cette encoche sert à tirer le bloc. Quand au cric, il s'appuie sur ce qui ressemble a une auge, on peut donc penser que les blocs étaient tirés par des chevaux ?

La carrière d'Aubigny

La carrière d'Aubigny, fait plutôt rare pour qu'il soit souligné, a été aménagé pour la visite du public. C'est un bel exemple de découverte d'une carrière et du style de taille de la région. Elle présente l'avantage d'avoir des volumes assez impressionnants (entre 12 et 16 mètres) et d'être taillé entièrement avec des outils traditionnels (c'est à dire qu'il n'y a pas eu de mécanisation) Elle accueille également de très beaux exemples de sculptures, et aussi des ateliers découvertes de taille de la pierre.

Silencieuse tradition
Silencieuse tradition
Crapaud
Crapaud
Cric
Cric
Lance
Lance

Notes Voilà donc un atelier de taille avec une lance et son support, on fait un mouvement de balancier où le bout de la lance (pointue) vient taper la pierre et l'entaille un peu plus à chaque coup. Il faut que la chaine qui l'a supporte soit placée bien au centre de son axe pour avoir un meilleur mouvement et une meilleure "frappe". On remarque que pour la présentation il y a un coin encastré dans l'entaille, celui-ci gonflait avec l'humidité du lieu et "poussait" le bloc pour qu'il se détache par l'arrière.

Pour extraire un futur bloc, il faut faire deux tranchées verticales de chaque côté, puis l'entaille du haut et enfin celle du bas. Une fois un bloc extrait, il est ensuite plus facile d'atteindre tous les côtés d'un autre bloc.

Carriere Aubigny Carriere Aubigny Carriere Aubigny Carriere Aubigny
Carriere Aubigny

Notes C'est une exploitation standard de blocs en gradins, plus on progresse plus les volumes augmentent.

Carriere Aubigny
Carriere Aubigny
Il (sur)veille
Il (sur)veille
Bloc
Bloc

Notes Les plafonds en damier, marqués de noirs trahissent l'utilisation de lampe à huile, (Cf: Il (sur)veille) au fond il y en a nettement moins, on a alors commencé à utiliser la lampe à acétylène.

Près d'un bloc on voit très nettement les "trous" laissé par le support de la lance.

Rosace
Rosace
Escalier de l'Ascension
Escalier de l'Ascension
Le Bélier
Le Bélier
Arche
Arche

Notes On peut aussi admirer les magnifiques oeuvres des différents tailleurs de pierre, qui s'en donne à coeur joie !

La carrière de Paille

C'est une carrière qui a un beau potentiel, mais un agriculteur du coin y stocke du foin (qu'il laisse pourrir d'ailleurs) remplissant la plupart des galeries et c'est assez dommage car celles-ci sont très belles. C'est beaucoup moins haut qu'à Aubigny, mais la carrière est plus grande. Si Aubigny s'est arrêté en 1940, on peut situer ici, grâce à plusieurs inscriptions datés (1966), une période durant laquelle on a utilisé une haveuse, en effet on a visiblement ré-exploitée la carrière pour sortir de nouveaux blocs, bien taillé.

Cavage
Cavage
Mai-Juin 66
Mai-Juin 66
B4-B5-B6
B4-B5-B6

Notes On distingue les différents niveaux de taille.

Front de taille
Front de taille
Tableau de carrier
Tableau de carrier
Pilier à bras
Pilier à bras

Notes Le seul pilier à bras de la carrière !

Les caves de Bailly

C'est une ancienne carrière de pierre qui sert aujourd'hui de caves pour la société Bailly Lapierre, producteur de vins et crémants. La carrière fût exploitée dés le XIIème siècle jusqu'à son arrêt aux alentours de 1920, puis elle fût transformée en champignonnière, jusqu'en 1972, où Bailly Lapierre s'installe et l'a transforme en cave à vins, endroit idéal pour son stockage.

Caves de Bailly
Caves de Bailly
Casier
Casier
Gyropalettes
Gyropalettes
Caves de Bailly
Caves de Bailly

Notes Il y a des milliers de bouteilles ici, peut être même des millions ! Une machine permet d'aligner les bouteilles, quand une autre, les gyropalettes, permettent toutes les 3h de les remuer. Chaque casier contient 504 bouteilles.

Certaines bouteilles sous l'effet de la pression, "explosent", voilà pourquoi sur les rangées de bouteilles il y a certains trous. Selon notre guide cela représente toute de même 2% de la production.

Le Coche d'eau
Le Coche d'eau
Débouchage
Débouchage
Le carrier
Le carrier
La colline de Bailly
La colline de Bailly

Notes Tout au long de la visite, on y aperçoit des sculptures sur le thème du vin et de l'exploitation de la pierre. La colline de Bailly représente un plan de la colline vue de l'extérieur, avec le cavage d'entrée des caves.

Le carrier
Le carrier
La vigne
La vigne
Le pressoir d'Henri
Le pressoir d'Henri
Bacchus
Bacchus
Cavage Bailly
Cavage Bailly

Les souterrains de l'Est

Circulez il n'y a rien à voir ici, ce sont trois souterrains dont deux sont fermés, et le dernier ne présente aucun intérêt.

Palotte 1
Palotte 1
Palotte 2
Palotte 2
Cornevin
Cornevin

Notes Les carrières de Palotte mérite tout de même un mot, elles furent utilisées comme usine de fabrication d'aéronautique durant la seconde guerre mondiale. Investit par l'armée Allemande en 1943, l'organisation Todt est en charge de la réaffectation des lieux, cet immense atelier souterrain devra servir à la réparation des avions allemands.