Ce dossier n'a pour unique but de restituer un souvenir de mémoire, de ce haut lieu minier Belge.

C'est véritablement en 1905 que nait la SA Charbonnage du Hasard de Cheratte. Mais c'est en 1848, que les Saroléa et Corbesier acquièrent la concession et y creuse deux puits, descendant à 170m et 250m. En 1877, c'est pourtant le coup dur, une venue d'eau coûte la vie à plusieurs mineurs. Les galeries sont souvent noyées, à cette profondeur, à cause de la proximité de la Meuse en contrebas. De cet incident, la mine est mise en liquidation et ferme ses portes. Il faudra attendre 30 ans, les liquidateurs vendront la concession à la SA des Charbonnages du Hasard de Cheratte, basé à Micheroux. Le gisement est considéré comme très riche, il contient 24 couches de charbon 1/4 gras et maigre, ce qui correspond à 1000 tonnes par jour.

Cependant selon des études, la houille se trouverait à forte profondeur, pour le premier puits il est donc décidé de construire une tour d'extraction. Elle est batie en 1907, c'est la tour en brique, d'aspect "mediévale" d'une hauteur de 30 mètres, on y installa à son sommet deux moteurs à courant continu pour actionner la machine d'extraction. C'est la première exploitation commandée électriquement, et le premier puits dont la machine est placé au sommet.

Quelques temps après, vers 1923 on construisit le puits 2 (tour d'extraction à charpente métallique, aujourd'hui démoli) et il faudra attendre l'après Seconde Guerre Mondiale pour voir le troisième puits vers 1947 (la tour en béton). Le puits 2 s'arrête avec l'ouverture du puits 3.

Dans les années 20, les mineurs sont nombreux et de plusieurs nationnalités, Marocains, Italiens, Espagnols, Polonais et en grande partie Turcs, il y est crée : un port, de nouvelles voies de chemins fer pour acheminer le charbon et enfin une cité ouvrière (1925) pour accueillir les mineurs et leurs familles.

En 1930 il y avait approximativement 1500 ouvriers.

La fin des années 60 est marqué dans toute l'Europe par une conjoncture économique qui voit la consommation de pétrole augmenter au profit du charbon. Dés 1968 divers charbonnages de la région ferment leurs portes. A Cheratte c'est un signe on constate que le rendement par jour diminue dangerusement. Malgré la modernisation des infrastructures (le lavoir en 1960) et la productivité des ouvriers, l'extraction devient de plus en plus coûteuse.

En 1974 on dénombre un total de 960 ouvriers, mais en 1977 il n'y en a plus que 590, le 31 octobre la fermture définitive est prononcée. Dix ans plus tard, 1987, le dernier charbonnage de la région, Blégny-Trembleur, fermait ses portes, et deviendra plus tard, un musée de la mine.

Quel avenir pour le Hasard ?

Le Gouvernement Wallon avait inclus, en 2007, le Hasard dans son programme de réhabilitation d'anciens sites miniers en vue de le racheter et de procéder à la construction de commerces et logements. Les parties classées sont la phalanstère (façades et toitures), la salle des machines, le puits "La Belle Fleur" (le puits 4), la colline boisée et la cité-jardin. La tour n°1 est classé depuis les années 80.

Depuis tout est au point mort, l'actuel propriétaire doit procéder à des démolitions, pour pouvoir vendre le site assaini, mais rien n'a été engager.

Mes impressions

Ces premières notes datent de 2008.

Ce n'était pas un hasard si j'étais arrivé jusqu'ici. J'avais visé juste. A presque 1 kilomètre de Cheratte, je voyais déjà cette tour imposante, à l'arrivée dans la ville il en était tout autre chose, c'était carrément tout un pan de quartier qu'occupait cette mine.

L'endroit est grandiose, on est perdus par tant de grandeur, on s'émerveille par l'architecture que par le nombre impressionnant de vestiges encore bien conservé. L'immersion est parfaite, et le temps d'un instant, nous devenons nous même l'ouvrier de ce haut lieu.

Retour à Cheratte en 2009.

Le site est toujours là, je ne remarque rien de changé, il me faudra monter les étages des anciens bâtiments pour remarquer quelques traces de passages : le site est massivement envahi de tags par rapport à ma première visite, les douches sont défigurées, le fauteuil a disparu, des "poubelles" de detritus trainent dans plusieurs couloirs, et la grille de la mine est cassée.

Il se trouve que le le site est aussi un lieu de passage bien connu de nombreux "explorateurs en herbe" je ne veux porter la faute et pointer personne, mais visiblement certains, n'hésitant pas à le dégrader et à le vandaliser sans gêne. Si le temps passe et que rien n'est fait, il n'y aura bientôt plus rien à sauvegarder.

Lectures et Recommendations

Hasard Cheratte

Puits n°1
Puits n°1
Puits n°1
Puits n°1
Puits n°3
Puits n°3
Puits n°3
Puits n°3
Puits n°3
Puits n°3
Puits n°4
Puits n°4
Machine d'extraction
Tambour
Puits n°4
Puits n°4
Machine d'extraction
Tambour

Notes Le puits 1 est mis en exploitation en 1910 il servira jusqu'en 1954 comme puits d'extraction avant de servir de puits d'aération.

Le puits 4 sert à remonter les stériles.

Cheratte
Hasard Cheratte
Hasard Cheratte
Hasard Cheratte
Hasard Cheratte
Hasard Cheratte
Hasard Cheratte
Hasard Cheratte

Notes La passerelle enjambait la rue et acheminait la houille par convoyeur où se trouvait le lavoir (aujourd'hui détruit, il ne reste qu'une tremie). Au fond on aperçoit la citée ouvrière.

Préparation

Salle de pesée
Jeton
931
Pointage
Salle de pesée
Jeton
931
Pointage

Notes Avant chaque descente, le mineur venait récupérer une lampe à la lampisterie en échangeant son jeton personnel. Le jeton restait accroché pour signaler que celui-ci travaillait encore au "fond". Chaque mineur devait pointer son carton, où était inscrit son matricule et les opérations qu'il réalisait.

La Lampisterie
Chargeurs
Compteur
La Lampisterie
Chargeurs
Compteur

Notes Comme son nom l'indique la Lampisterie est l'atelier qui sert d'entretien et de réparation aux lampes. Les lampes étaient accrochés aux casques, la batterie au plomb était rechargée à chaque remontée.

L'équipement

Masque et son tuyau
Masque à gaz
Gants
Chaussure de sécurité
Masque et son tuyau
Masque à gaz
Gants
Chaussure de sécurité
Plic ploc
Retrouvailles
Bordereau d'éxpédition
Plic ploc
Retrouvailles
Bordereau d'éxpédition
Douches
Casiers
Vestiaires
Combinaison
Douches
Casiers
Vestiaires
Combinaison

Notes Le bâtiment du puits 1 est entièrement réservé aux douches (difficile à croire de l'extérieur), il y a des douches sur trois niveaux, tout en longueur, et comme on peut le voir ce sont des cabines individuelles. Le mineur laissait ses affaires propre dans des casiers numérotés, dans les vestiaires. Dans les meilleures années il y avait 1500 ouvriers ici. On arrivait propre, on repartait de la même façon.

Puits 1

Puits 1
Cages
Taquets de blocage
Cable d'accroche
Limite de concession
Puits 1
Cages
Taquets de blocage
Cable d'accroche
Limite de concession
Le fauteuil
La bobine AVANT
La bobine APRES
Compagnie Internationnale d'Electrictié Liège
Le fauteuil
La bobine 2008
La bobine 2009
Compagnie Internationnale d'Electrictié Liège

Notes Ici nous sommes tout en haut de la tour du puits n°1, où se trouve la machine d'extraction : c'est une bobine à cable plat. On remarque les ravages faits et les graffitis omniprésent maintenant, le fauteuil en 2009, à quand à lui carrément disparu, volé ? Il servait à la remontée des cages.

Molette de contrainte
Vue sur le puits n°3
Le grand escalier
Dernière contemplation
Molette de contrainte
Vue sur le puits n°3
Le grand escalier
Dernière contemplation

Puits 2

Puits 2
Puits 2

Notes Voici les restes de la base du puits 2. En face l'arrivée de la galerie de mine depuis le puits 1, au fond du puits derrière moi on distingue encore la galerie qui part vers le puits 3.

Puits 3

Recette puits 3
Puits 3
Puits 3
Recette puits 3
Puits 3
Puits 3
Molettes
Molettes
Molettes
Molettes
Molettes
Molettes
Batiment extraction
Emplacement machine
Poste de controle
Batiment extraction
Emplacement machine
Poste de controle

Galerie de mine

Orifice de ventilation
Galerie d'aération
Orifice de ventilation
Galerie d'aération
Voie double
Bifurcation
Galerie annexe
Voie double
Bifurcation
Galerie annexe
Vers puits 2
Galerie cintrée
Double galerie
Vers puits 2
Galerie cintrée
Double galerie
Voie unique
Voie double
Voie noyée
Voie unique
Voie double
Voie noyée

Notes Au bout de quelques mètres de l'entrée, se trouve une première bifurcation qui vous emmène vers le puits 2 (l'accès est muré), la galerie longe en fait le coteau (il y a une grande muraille en exterieur). En prenant de l'autre côté, on arrive de nouveau sur un autre carrefour, l'un vous emmène au puits 4 (l'accès est bouché) l'autre vous emmène profondément sous terre vers Barchon (l'accès est condamné, noyé et surtout très dangereux par un air vicié). Toute cette eau provient notamment des areines, elle est captée et rejetée ici, vers la Meuse via le ruisseau de Cheratte.

Rails
Vers puits 4
Vers Barchon
Rails
Vers puits 4
Vers Barchon